Apprendre/enseigner le français, langue étrangère, en Grèce ou … ailleurs !

Nous contacter

Gallika.net

Boîte Postale 21514
GR-55236 Panorama
Grèce

info@email.com

Nous suivre

Recourir à la langue maternelle afin d’optimiser l’enseignement-apprentissage du Fle

La méthode traditionnelle (MGLTI), les méthodes directes de première et de deuxième génération (MD, MAO, SGAV), ainsi que les approches communicative et éclectique se sont préoccupées de la nécessité du recours à la langue maternelle (le grec dans notre cas).

On observe diachroniquement une grande diversité des points de vue des didacticiens concernant l’emploi ou le non-emploi de la LM dans la classe de FLE.

Certaines notions sont étroitement liées à l’alternance des langues dans la classe de FLE : ce sont l’analyse contrastive entre L1 et L2, les interférences, l’interlangue, le transfert, l’emprunt et le métalangage.

De plus, l’âge des apprenants – en tant que facteur extralinguistique – se révèle déterminant pour un recours plus ou moins restreint à la LM. Des enquêtes montrent que les enfants et les adolescents éprouvent plus souvent des sentiments négatifs vis-à-vis de l’apprentissage d’une L2 et que c’est surtout le recours à la L1 qui assure la motivation dans la classe de FLE.

Au cours de notre recherche, nous avons enregistré différentes séances d’enseignement-apprentissage du FLE de niveau faux débutant, intermédiaire et avancé dans le secteur d’enseignement privé. Tout au long de celles-ci, nous avons complété, en tant qu’enseignante, une grille d’observation par séance et nous avons distribué aux apprenants des questionnaires comportant notamment des questions sur la fréquence et la nécessité de l’emploi de la L1 dans la classe de FLE.

Leur dépouillement a révélé que même si la fréquence de l’emploi de la langue maternelle varie suivant le niveau, le recours à cette dernière est jugé nécessaire et même indispensable, tant de la part de l’enseignante que de celle des apprenants.


2 Commentaires

  1. Moi, je serais bien content d’apprendre en deux ou trois phrases dans quelles circonstances concrètes et précises l’utilisation de la langue d’origine est finalement indispensable.

  2. christiane

    pour moi c est simple :
    1. quand on pose des questions concernant la comprehension d un texte en francais afin de ne pas donner la reponse ( l apprenant entend des mots et les recherche dans le texte, repond sans avoir rien compris du tout ... )
    2. quand j explique quelque chose, quel est mon but, une comprehension orale ? Je veux que l apprenant comprenne ce que je dis en francais ou je veux clairement repondre a sa question ?

Réagir

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ajouter un document