Une façon plus moderne d’apprendre une langue étrangère - Image d'illustration

Une façon plus moderne d’apprendre une langue étrangère

Avons-nous tort ou raison de parler d’une évolution au 21e siècle ? La question est rhétorique car ce qui caractérise visiblement notre siècle, c’est l’évolution. Une évolution qui, grâce aux nouvelles technologies, a eu une grande influence et a engendré des changements radicaux dans tous les domaines. L’enseignement des langues est un de ces domaines cruciaux. Il a subi de nombreux changements qui nous permettent d’être toujours en harmonie avec la société actuelle, au sein de laquelle nous sommes en permanence confrontés aux langues et aux cultures étrangères.

Aujourd’hui, la méthodologie Méthodologie Classe de méthodes ou science de la méthode traditionnelle est devenue une notion inconnue. L’étude de la grammaire, du lexique et de la traduction des textes littéraires est désormais obsolète et est, de ce fait, remplacée par les nouvelles technologies. Celles-ci, en occupant une place primordiale dans la vie des jeunes, constituent un outil approprié pour aider les professeurs de langues à rendre leurs cours plus agréables et plus efficaces. D’où l’apparition d’une didactique Didactique La didactique se différencie de la pédagogie par le rôle central des contenus disciplinaires et par sa dimension épistémologique. des langues moderne directement liée à ces technologies. Mais qu’est-ce qui caractérise cette nouvelle didactique Didactique La didactique se différencie de la pédagogie par le rôle central des contenus disciplinaires et par sa dimension épistémologique.  ?

La didactique des langues moderne a pris une direction en accord avec le monde contemporain. Dans un cours de langue moderne les objectifs changent. D’une part, la didactique moderne sert des objectifs généraux exprimés en termes de compétences générales ou actionnelles. En d’autres termes, les apprenants forment des groupes auxquels il est toujours demandé de réaliser une tâche sociale, une activité qui nécessite une collaboration saine avec les camarades. Par exemple, les élèves sont invités à participer à un concours de musique ou de photographie ou à écrire un texte sur un forum pour trouver des amis dans le monde entier ! Conséquences ? En accomplissant ces taches, ils apprennent les façons appropriées de s’intégrer et de collaborer dans un groupe, d’être des membres actifs dans une communauté ou dans une société. D’autre part, la didactique moderne sert des objectifs dits spécifiques, ce sont les compétences de communication. On distingue trois catégories de compétences. Ce sont les compétences sociolinguistiques, linguistiques et pragmatiques.

La compétence sociolinguistique

On range sous cet intitulé le respect des règles de politesse, des normes propres aux genres de discours et la mise en œuvre de différentes modalités qui permettent de s’adapter à différentes situations de communication. Tout cela, pourrait être enseigné à l’aide du célèbre modèle SPEAKING de Hymes. Il s’agit d’un modèle permettant de décrire une situation de communication en en précisant le cadre, les participants, les finalités, les actes de parole, la tonalité, etc.

La compétence linguistique

Cette compétence consiste à utiliser une langue correctement aux niveaux orthographique, orthoépique, morphosyntaxique et lexicosémantique.

La compétence pragmatique

Il ne suffit pas que les apprenants s’expriment correctement au niveau linguistique. Il faut qu’ils réalisent leur intention. Ainsi, on parle d’actes de parole mais aussi de cohérence et de cohésion.
Par conséquent, dans un cours de langue étrangère qui vise le développement de toutes ces compétences doit absolument s’adresser à des publics précis. Ces publics devraient être composés de personnes concernées, au moins dans leur langue d’origine, par des formes et des domaines de communication précis. Car ce qui intéresse la didactique moderne est bien l’intégration dans un environnement social, dans un contexte social, et non l’acquisition d’une langue hors contexte.

Et comment un professeur peut-il réussir à atteindre de tels objectifs sans que les apprenants perdent leur motivation ? Ce sont les outils qui font la différence. Contrairement à la didactique traditionnelle, les tâches proposées, les ressources utilisées sont authentiques. Cela veut dire que les apprenants étudient des textes réels, tirés de la presse quotidienne, de magazines, d’internet (forum), etc. Il en résulte que la plupart des fois les apprenants sont plus intéressés car il s’agit d’un document réel et pas d’un document modifié, fabriqué ou inventé par le professeur lui-même.
Le filtre magique pour un bon prof ? L’innovation, la volonté et l’adaptation aux nouveaux besoins de l’actualité. Alors, professeurs, réfléchissez et sortez de l’ordinaire ! Faites la différence !

PS

Cet article a été rédigé par Katerina ARVANITIDOU, étudiante de troisième année de Licence au Département de Langue et Littérature françaises de l’Université Aristote de Thessalonique.

L'auteur de cet article

Katerina Arvanitidou –  Département de Langue et de Littérature ...