STRATÉGIES

Apprendre le français presque gratuitement ou perfectionner son français en gagnant de l’argent !

Apprendre le français presque gratuitement ou perfectionner son français en gagnant de l’argent ! - Image d'illustration

S’immerger volontairement dans une communauté francophone.

La meilleure façon d’apprendre ou de perfectionner son français reste de s’immerger volontairement dans une communauté francophone. On peut ainsi séjourner dans un pays où l’on parle le français pendant les vacances. Mais ces séjours risquent de coûter cher et personne n’est jamais sûr des résultats de l’investissement. Voici donc quelques petits conseils à prodiguer à vos élèves.

Évitez les écoles d’apprentissage du FLE. Outre le fait que la plupart d’entre elles proposent des prix prohibitifs, il n’y a aucune raison d’y apprendre quoi que ce soit de plus que ce qu’on pourrait apprendre en Grèce. Quand on y réfléchit bien, le fait de se retrouver avec des élèves issus de tous les pays du monde ne devrait en rien faciliter le développement de quelque nouvelle compétence de communication en français, puisqu’aucun d’entre eux ne le connaît bien et qu’en plus, la seule langue commune qui pourrait être utilisée sera bien entendu ... l’anglais !

Évitez aussi de partir en vacances dans un pays francophone à deux ou avec des amis. Vous partagerez vos impressions en grec et vous laisserez toujours parler « la » personne du groupe qui communique le plus aisément en français.

Les séjours trop courts et les séjours culturels ne sont pas de bonnes idées pour apprendre ou pour perfectionner son français : le Louvre se visite en grec aussi, on n’a pas la force de parler en montant les escaliers de la Tour Eiffel et on peut très bien survivre quelques jours à Paris sans souffler un mot de français.

Vous connaissez à peine le français ?

Inscrivez-vous à un des nombreux chantiers proposés par le SCI (Service Civil International) ! Il y en a dans tous les pays du monde et donc dans tous les pays francophones. Dans les pays francophones justement, la langue de communication sur ces chantiers est bien entendu le plus souvent le français ! On vous y offre le gîte, les repas et beaucoup de temps libre. En échange, vous participez bénévolement et à un chantier d’intérêt public au choix comme la restauration d’un château, l’organisation matérielle d’un festival, l’animation d’enfants, l’assistance Assistance Aide à des personnes moins valides en vacances, etc.
Où trouver des informations, des propositions de chantiers ? Où peut-on s’inscrire ? Le site international du SCI peut être consulté à l’adresse http://www.sciint.org/, on y trouvera les adresses des sites nationaux (pour la France, la Belgique, etc.) et aussi celle du site grec : http://www.sci.gr.

Vous êtes une fille ?

Quelle chance : il ne vous reste plus qu’à être « au pair » ! De très nombreuses associations peuvent vous mettre en contact avec des familles francophones qui recherchent un honnête jeune-fille pour surveiller leurs enfants à certains moments de la journée et/ou pour effectuer de très menus travaux ménagers. Ces familles s’engagent à vous loger, à vous nourrir, à vous laisser de longues périodes de temps libre et même souvent à vous donner régulièrement de l’argent de poche (la somme est d’ailleurs parfois très coquette !). Plus d’informations en inscrivant « au pair » entre guillemets dans la boîte de saisie de Google.

Vous n’êtes ni fille, ni « au pair » ?

Vous vous débrouillez déjà en français ? Il reste la solution suprême, celle qui vous permettra de perfectionner votre français, d’obtenir un diplôme rare en Grèce et de perfectionner en même temps votre français : inscrivez-vous à un stage de formation pour devenir animateur de jeunesse. En général, le stage théorique est d’un prix dérisoire et est suivi d’un stage pratique, le plus souvent dans un centre de vacances pour jeunes. Vous y vivrez 24 heures sur 24 en français, vous vous fâcherez, vous rigolerez, vous négocierez, vous convaincrez, vous interdirez, vous rêverez... EN FRANÇAIS !

Ensuite, vous pouvez travailler comme animateur – la demande est forte – pendant quelques semaines et gagner ainsi votre vie. Vous rentrez enfin en Grèce avec un diplôme dont la détention devrait bientôt devenir obligatoire, celui d’animateur socioculturel, en d’autres termes de responsable de groupes de jeunes.

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique