AVENIR DU FRANÇAIS EN GRÈCE

Les manuels au feu et le prof au milieu !

Les manuels au feu et le prof au milieu ! - Image d'illustration

Vous vous souvenez certainement de cette très vieille chanson de fin d’année scolaire :
« Vivent les vacances, plus de pénitences, les cahiers au feu la maîtresse au milieu ! »

Pénitences/punitions, cahiers/manuels Manuels Manuels , maîtresse/enseignante, l’environnement des apprenants n’a finalement pas beaucoup changé...

Et nous continuons de voir sur les rayons des librairies d’ingrats manuels Manuels Manuels d’apprentissage des langues proposant aux élèves des échantillons du français tellement désinfectés, des activités tellement mornes et scolaires, des objectifs tellement improbables, une métalangue tellement rébarbative et inutile qu’on se demande dans quelle mesure ces manuels ne contribuent pas, eux aussi, parfois à la diminution de l’intérêt porté au français enregistrée en Grèce ces dernières années.

Et nous continuons de voir des enseignants préparer leurs élèves à de curieux certificats de français où la réussite du candidat se joue sur des questions du type :

« – C’est une proposition intéressante mais je dois en parler à mon mari : registre familier, standard ou soutenu ? »

Bien malin qui pourra répondre à la question, vous ne trouvez pas ? Emballez le tout dans des « Attention, il n’y aura qu’une seule écoute ! » et des « 1 point par bonne réponse » : vous aurez fini de dégoûter de l’apprentissage du français les élèves les plus motivés.
Déjà mieux que les « il est jojo » qu’il fallait distinguer des « il est zozo », aux épreuves orales collectives d’il y a dix ans, me direz-vous.

Pas encore convaincus ? Lisez attentivement cette consigne récente adressée à des candidats grecs de Grèce, bien entendu :

« Vous êtes à Paris. Vous avez passé vos examens Examens Examens (fin du mois de juin). Vos parents ont décidé de vous payer des vacances en Grèce : deux semaines au mois d’août. Vous écrivez une lettre à votre ami(e) grec(que). Vous lui expliquez ce que vous avez fait en juin et ce que vous voulez faire avec lui pendant votre séjour en Grèce. »

Comment un candidat peut-il se projeter dans une situation aussi invraisemblable ? Quel ... (pardon !), qui a pu créer pareille consigne ?

Alors ? Les manuels au feu et le prof au milieu ? Mort aux réseaux de certifications qui ne respectent pas leurs clients ?

Peut-être pas. Nous voudrions tous pouvoir organiser des cours super intéressants, sans manuels, adressés à des élèves qui rêvent d’apprendre le français pour pouvoir communiquer dans cette langue, et non pour obtenir le fameux « papier » qui sera peut-être exigé à l’embauche. Mais la réalité est tout autre : le premier souci des jeunes profs n’est-il pas de « survivre » dans la classe... en se cachant trop souvent derrière un manuel ? Les profs plus expérimentés, souvent mariés et parents, ne cèdent-ils pas non plus, faute de temps pour préparer leurs cours, à la facilité du manuel qui leur offre des séquences d’apprentissage toutes prêtes ?

S’il n’y a pas moyen de se passer du manuel, au moins, choisissons-le !
Choisissons celui qui propose des documents authentiques, des activités organisées dans le respect de la fonction sociale première des documents sur lesquels elles portent, des consignes formulées dans la langue d’origine des apprenants et dans le respect de leur culture.

Pas moyens de se passer des certifications non plus ? Choisissons-les !
Choisissons celles qui exposent les candidats à des documents authentiques, qui proposent des activités vraisemblables, organisées dans le respect de la fonction sociale première des documents sur lesquels elles portent, qui n’obligent pas les candidats à revêtir des identités farfelues.

C’est à mon avis de ces deux choix primordiaux que dépend notre bonheur d’enseignant. C’est de ces deux choix primordiaux que peut aussi dépendre le bonheur d’apprendre le français. C’est donc notamment dans ces choix que se joue l’avenir de l’apprentissage du français en Grèce.
Houp ! Vous avez remarqué ? L’avenir de l’apprentissage du français en Grèce est soudain entre nos mains.

Aux armes !

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique