Les projets Langues Vivantes  - Image d'illustration

Les projets Langues Vivantes

La politique linguistique du Conseil de l’Europe

L’Europe est et restera multilingue ; face à cette réalité, le Conseil de l’Europe a élaboré au fil des ans une politique linguistique à travers les Projets Langues vivantes de son Conseil de la coopération culturelle (CDCC).

Le Conseil de l’Europe attache une importance particulière à la diversité du patrimoine linguistique et culturel de ses Etats membres. Ses activités dans le domaine des langues vivantes visent à favoriser le plurilinguisme et le pluriculturalisme des citoyens afin d’améliorer la communication et la compréhension mutuelle entre les personnes, et de lutter ainsi contre l’intolérance et la xénophobie.

L’Europe est et restera multilingue ; face à cette réalité, le Conseil de l’Europe a élaboré au fil des ans une politique linguistique à travers les Projets Langues vivantes de son Conseil de la coopération culturelle (CDCC).

Quelques réalisations des Projets Langues Vivantes

Activement soutenus par les Etats membres, les Projets Langues vivantes successifs du Conseil de l’Europe ont établi un certain consensus sur les principes et les objectifs de l’enseignement des langues.
L’apprentissage des langues est aujourd’hui un besoin et un droit pour chaque citoyen en Europe, et l’enseignement des langues devrait se fonder sur les besoins différenciés des apprenants, ainsi que sur leurs pôles d’intérêt et leurs caractéristiques. Le développement de compétences communicatives pratiques est essentiel : leur acquisition devrait se poursuivre et elles devraient être diversifiées tout au long de la vie afin de répondre aux défis et aux opportunités se présentant dans une Europe multilingue.

Voici quelques-uns des domaines clés pour lesquels les Projets Langues vivantes du CDCC ont eu un effet déterminant :

- la spécification d’objectifs d’apprentissage/enseignement des langues réalistes et réalisables (niveaux-seuils) ;
- la promotion de méthodologies communicatives centrées sur l’apprenant ;
- le développement d’une dimension interculturelle dans l’apprentissage/enseignement des langues ;
- l’amélioration de la formation des enseignants de langues par le biais d’ateliers internationaux et l’établissement de réseaux d’interaction ;
- le renouvellement de programmes nationaux d’enseignement des langues.

Les premiers projets (un Projet étant un plan à moyen terme définissant des groupes cibles, des thèmes, des objectifs et des méthodes de travail) ont permis de créer les structures de la coopération internationale. Les projets suivants ont élaboré des principes linguistiques et éducatifs fondamentaux qui, par la suite, ont été pilotés dans de nombreux contextes et ont trouvé des applications concrètes, en aidant maints pays membres à réformer leurs programmes d’enseignement des langues.
« Politiques linguistiques pour une Europe multilingue et multiculturelle » (1997-2000)

Ce nouveau Projet à moyen terme poursuit les objectifs suivants :

- aide aux autorités nationales dans la promotion du plurilinguisme et du pluriculturalisme, et sensibilisation du public au rôle des langues pour la construction d’une identité européenne ;
- réflexions, orientations et stratégies en vue de diversifier l’apprentissage/enseignement des langues et l’optimaliser ;
- promotion de l’apprentissage et de l’enseignement des langues dès le début de la scolarisation, afin de sensibiliser chaque élève à la diversité linguistique et culturelle de l’Europe ;
- poursuite du développement et mise en œuvre d’instruments européens communs de référence pour la planification et l’évaluation de l’apprentissage des langues, la reconnaissance mutuelle des qualifications et la coordination des politiques (« Cadre européen commun de référence », « Portfolio européen des langues » et « niveaux-seuils ») ;
- élaboration d’outils et coordination de réseaux pour la conceptualisation et la mise en œuvre de cours modulaires (pour répondre à des besoins de compétences partielles ou de compétences langagières plus diversifiées par exemple) ;
- développement de la dimension interculturelle dans l’apprentissage/enseignement des langues ;
- diffusion des résultats du Projet (publications, séminaires, réseaux de professionnels de langues, documents téléchargeables sur Internet, etc.).

Un certain nombre d’activités sont exposées ici. Leur mise en œuvre et celle d’une série d’autres activités prennent en compte les priorités actuelles du Conseil de l’Europe, en particulier le suivi du Second Sommet du Conseil de l’Europe tenu en octobre 1997. Des informations actualisées peuvent être obtenues auprès du Secrétariat ou sur le site Internet.

Des définitions de « niveau-seuil » ont été élaborées à ce jour pour les langues suivantes : allemand, anglais, basque, catalan, danois, espagnol, estonien, français, galicien, gallois, grec, italien, letton, lituanien, maltais, néerlandais, norvégien, portugais, russe et suédois ; l’irlandais va paraître sous peu et d’autres spécifications sont en préparation.

Il s’agit de modèles opérationnels de ce qu’un apprenant doit être capable de FAIRE lorsqu’il se sert d’une langue dans la vie quotidienne ; à partir de cet « inventaire pratique » ont été établis les savoirs et savoir-faire nécessaires pour parvenir à ce « seuil » de communication dans une langue étrangère. Un niveau inférieur et une nouvelle description de niveau supérieur ont été développés. Ce système à trois niveaux du Conseil de l’Europe est maintenant intégré dans la description des niveaux de compétence contenus dans le « Cadre européen commun » et est utilisé par différents organismes paneuropéens et nationaux pour structurer leurs programmes et diplômes de langues (par exemple ALTE - Association of Language Testers in Europe).

Le Cadre européen commun de référence

Des contacts de toute sorte existent entre les systèmes éducatifs de divers pays. La mobilité est croissante et l’apprentissage se fait désormais tout au long de la vie. Il est donc indispensable que nos systèmes respectifs - et notamment les qualifications obtenues au niveau national - soient compréhensibles par tous. L’interaction croissante crée un besoin de transparence et de cohérence auquel répond le « Cadre européen commun ». Ses points forts : son ouverture et son caractère exhaustif. Il rend la diversité des systèmes plus compréhensible, les mettant ainsi davantage à la portée de tout le monde.

Le « Cadre » est un instrument de planification qui fournit une base et un langage communs pour la description d’objectifs, de méthodes et pour l’évaluation dans l’enseignement des langues ; il est utilisé à travers l’Europe pour l’élaboration de programmes de langues, d’examens Examens Examens , de manuels Manuels Manuels pédagogiques et de programmes pour la formation des enseignants. Il définit également des niveaux de compétences qui permettent de mesurer, tout au long de la vie, les progrès de chaque apprenant et de comparer les qualifications, ce qui facilite la mobilité européenne.

Cet instrument permet la description d’objectifs, d’approches, de compétences et de pratiques dans l’enseignement de langues dans des termes accessibles à tous les partenaires concernés ; il traite des diverses finalités et de types d’évaluation, en proposant un certain nombre d’échelles et de niveaux. Afin d’optimiser son utilisation, une série de guides spécialisés a été réalisée, destinés aux diverses catégories d’utilisateurs (décideurs politiques, enseignants, formateurs, examinateurs, concepteurs de programmes, auteurs de manuels Manuels Manuels , etc.). Un Guide général a également été réalisé.

Le « Cadre » entre actuellement dans une phase d’expérimentation à grande échelle. Le Centre européen pour les Langues Vivantes contribue à ce processus en offrant des ateliers à Graz à l’intention de multiplicateurs-clés.

L’expérience obtenue permettra de perfectionner cet instrument de référence et de le diffuser plus largement à la fin de ce Projet.

Le Portfolio européen des langues
Dans le cadre de l’actuel Projet est élaboré et expérimenté un document personnel dans lequel les apprenants pourront inscrire leurs qualifications et autres expériences linguistiques et culturelles significatives.

L’objectif du Portfolio européen des langues est de promouvoir la citoyenneté démocratique européenne et de favoriser la mobilité des citoyens en Europe par la création d’un instrument destiné à enregistrer et à mettre en valeur l’apprentissage des langues tout au long de la vie, de manière transparente au plan international.

Un Portfolio comprendra trois parties : un passeport qui attestera des qualifications formelles, une biographie langagière décrivant les compétences en langues et les expériences d’apprentissage ainsi qu’un dossier contenant des travaux personnels de l’apprenant. Le Portfolio sera mis à jour au fur et à mesure des progrès d’apprentissage de son propriétaire.

Deux objectifs principaux président au projet de Portfolio : (a) la motivation des apprenants par la reconnaissance de leurs efforts pour étendre et diversifier leur apprentissage des langues à tous les niveaux et tout au long de la vie et (b) la présentation des compétences linguistiques et culturelles acquises (à consulter par exemple au moment du passage à d’autres niveaux d’apprentissage ou de la recherche d’un emploi dans son pays ou à l’étranger).

Le « Cadre européen commun de référence » et le Portfolio européen des langues sont étroitement liés et leurs échelles d’évaluation (et d’auto-évaluation), qui faciliteront la comparabilité des qualifications, leur sont communes.

Modularité et compétences partielles

Des concepts, des orientations et du matériel sont en cours de développement, servant d’exemple à la mise en œuvre de programmes concrets et efficaces pour des cours modulaires et la reconnaissance des compétences partielles. Ces activités concernent l’enseignement secondaire (second cycle), l’éducation à orientation professionnelle, l’éducation des adultes et l’enseignement supérieur (apprentissage des langues pour les non-spécialistes en langues étrangères).

Une Année européenne des langues

est planifiée pour 2001. L’objectif est de sensibiliser davantage le public à l’importance d’un apprentissage diversifié des langues pour tous les secteurs de la population - pour les études, le travail, la coopération et les loisirs, mais aussi pour la compréhension mutuelle dans une Europe multilingue et multiculturelle. Des événements nationaux et européens caractériseront cette année.
Informations - actualisation des activités :

Section des Langues vivantes
Direction de l’Enseignement, de la Culture et du Sport
Conseil de l’Europe
F-67075 STRASBOURG
e-mail : decs-lang@coe.int
Tel +33 (0) 3 88 41 32 48 / 26 25
Fax + 33 (0) 3 88 41 27 06 / 41 27 88

Internet :

- http://culture.coe.fr (Education) : homepage
- http://culture.coe.fr/lang : Informations générales - Liste des publications - Cadre européen commun de référence et autres textes téléchargeables

Un Forum de discussion a été mis en place pour le Cadre européen commun de référence ; se référer au site Internet pour toute information.
(ces informations sont également disponibles dans la brochure qui présente les activités des Projets Langues vivantes (Strasbourg) et du Centre Européen pour les Langues Vivantes (Graz) http://culture.coe.fr/ecml)

PS

Descriptions extraites des pages de culture.coe.fr/lang

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique