20061. Concours ΑΣΕΠ - 2006 - Ερώτημα 1ο - Image d'illustration

Concours ΑΣΕΠ - 2006 - Ερώτημα 1ο

ΕΡΩΤΗΜΑ 1ο :
Το ερώτημα αποτελείται από σαράντα οκτώ ισοδύναμες ερωτήσεις (1-48). Αφού διαβάσετε το παρακάτω κείμενο, να απαντήσετε με τη μέθοδο των πολλαπλών επιλογών στις ερωτήσεις του ΕΡΩΤΗΜΑΤΟΛΟΓΙΟΥ που ακολουθεί. Για τις απαντήσεις σας να χρησιμοποιήσετε το ειδικό ΑΠΑΝΤΗΤΙΚΟ ΦΥΛΛΟ.
Κάθε ερώτηση συμμετέχει κατά 1,25 % στη διαμόρφωση της βαθμολογίας της πρώτης θεματικής ενότητας.

Notre Époque
Climat et culpabilité

Autrefois, la vie de la femme moderne pouvait se résumer à ça : toute la journée, elle prenait sa voiture pour déposer les enfants à la crèche, à l’école, se ruer au travail, faire les courses au supermarché. Quand elle rentrait à la maison les bras chargés de victuailles multi-emballées, elle n’avait qu’à fourrer une barquette au micro-ondes puis à attendre le « cling » en changeant la couche-culotte « maxi premium toujours sèche » du petit dernier. À la fin de la folle journée de la femme libérée, il y avait toujours un homme avec qui elle parlait de partir au soleil en plein hiver et qui acceptait, en traînant les babouches, de sortir la poubelle gonflée à bloc de tous les trophées d’une journée de consommation. C’était avant. Avant la canicule meurtrière de 2003 et sa récidive de 2006, avant les vagues assassines de Katrina et la triste calvitie du Kilimandjaro. Aujourd’hui, la vie de la femme moderne se raconte comme ça : toute la journée, elle court. Elle prend son vélo pour aller jusqu’à la crèche ou l’école, puis à son boulot s’il n’est pas trop loin. Sinon, transports en commun ou covoiturage. Avant de rentrer à la maison, elle passe à la coopérative bio, dont elle est adhérente, pour remplir son cabas. Pendant que le gratin de rutabaga gratine, elle lance une machine pour laver les couches-culottes du petit dernier. À la fin de la journée, alors que son homme trie les déchets, elle se connecte sur un écoloblog à la recherche de partages d’expériences pour leurs prochaines vacances écocitoyennes. […]

[…] Cela n’aura échappé à personne, en quelques années le pollueur a rejoint le fumeur dans la grande catégorie des ennemis de la santé planétaire. L’émetteur de carbone est un meurtrier de couche d’ozone. Le gaspilleur, un assassin d’ourson polaire. L’hyperconsommateur, un inconscient égocentrique.

L’écolo-attitude n’est plus baba cool […] et marginale. Elle est devenue tendance. […] Chic. Incontournable. Car le compte à rebours est enclenché. […] La prise de conscience est récente. En 2002, les experts du Credoc découvraient avec circonspection que 24% des consommateurs affirmaient tenir compte des conditions d’élaboration d’un produit du point de vue environnemental avant de l’acheter. Ils étaient 71% en 2005 ! Un raz de marée de bonne conscience ? Un tsunami écolo ? […] 7 Français sur 10 se disent prêts à payer plus pour consommer éthique, mais le commerce équitable ne représente que 2% du marché. Idem pour le bio, qui certes décolle, mais reste très faible en terme de parts de marché. […] À l’agence CLM BBDO, Pascal Couvry vient de prendre la direction d’un nouveau département : BBDO Citizen. « Les consommateurs ont mauvaise conscience s’ils ont l’impression de nuire à l’environnement, dit-il. Toutes les marques vont devoir le prendre en compte. »

[…] Rappelons-nous : il y a dix ans, le tri des déchets était une incantation, un truc que les Allemands faisaient, mais nous, bof, ce serait compliqué. En 1998, 25% d’entre nous affirmaient trier les déchets. Aujourd’hui, poubelles jaunes, vertes ou bleues n’ont plus de secret pour trois quarts des Français. Idem pour les sacs plastiques : quand l’idée a été lancée en 2003, personne, même les plus optimistes, n’escomptait qu’on réduirait en un an leur utilisation de 20%.
[…] « La planète crève et il faudrait que je sois complice ? », s’insurge Hervé Naillon. Une formation de marketing éthique en poche, il a monté sa boîte d’écoconception, les Inventeurs, avec sa compagne graphiste Cécile Bourdais. Et la famille (ils ont deux enfants) s’applique chaque jour à vivre, en plein Paris, en harmonie avec ses convictions. Pas de voiture, mais deux vélos vaillants. Location d’un véhicule quand cela s’impose, soit une dizaine de fois par an. Presque jamais d’avion : « Un Paris-Miami, c’est l’équivalent de 35 000 kilomètres en Clio dans Paris, de quoi être sûr que dans trente ans Miami est engloutie sous les océans, rayée de la carte » - ça calme. Leur cuisine est entièrement bio, les légumes « de saison et locaux », pour réduire le transport. Il n’y a guère que le café qui vient de loin (« on a essayé la chicorée, le paquet est resté plein »). La salle de bains est le royaume de l’aloe vera, plante multicarte qui soulage les brûlures, hydrate la peau, fixe les cheveux et soulage les maux de ventre. Les vêtements sont autant que possible en coton bio et les chaussures ont le cuir tanné végétalement. Un jouet made in China est ici vécu comme une provocation. Pour les vacances, la famille bio part dans un gîte éco-conçu par un producteur bio. Chez eux toutes les ampoules sont basse tension, les piles rechargeables et les gaspis d’électricité traqués, tant et si bien que même leur facture EDF est light : 10 euros en moyenne par mois !

Les objecteurs de croissance sont plus qu’économes : ils pensent qu’il faut inverser la tendance. Paul Ariès, politologue lyonnais, est aussi le porte-parole du mouvement la Décroissance. Il théorise et cherche comment, sans tomber dans une dictature du consumériquement correct, élaborer un nouveau fonctionnement social. […] « Nous ne combattrons pas le réchauffement avec des mesures tièdes, estime-til, mais en renouant avec d’autres valeurs, en inventant d’autres règles de vie. Notre société a totalement sombré dans la démesure. Nous ne pourrons nous en sortir individuellement et collectivement sans renouer avec le sens des limites. »

Les limites, la mesure, le bonheur dans l’autocontrainte, l’air du temps n’est décidément plus au « jouir sans entraves » de Mai-68… Il faut désapprendre l’abondance et la satisfaction immédiate des désirs, nous disent les « consommateurs »avertis. « Ça se fait iota par iota, explique Florent, comptable de 35 ans. On ne change pas tout d’un coup, on ajoute des contraintes au fur et à mesure ». […] Il fait des efforts, Florent. Mais il y a deux ou trois caps, il le reconnaît, qu’il ne réussit pas à passer. La « pâte à tartiner » bio n’est décidément pas à la hauteur de celle de son enfance. Et pour son enfant, né il y a deux mois, sa femme l’avoue : « Nous n’avons pas réussi à passer aux couches lavables. »

Hé oui, la couche lavable est le nouvel attribut de la femme libérée ! Qui n’a pas à aller tous les quatre matins en acheter au supermarché ni à culpabiliser de mettre les fesses de bébé en contact avec des absorbants chimiques inquiétants. Joëlle, mère de deux enfants, est adepte depuis que sa fille aînée a un an et demi : « Je m’y suis mise parce qu’il devenait totalement incohérent de trier les déchets et de remplir chaque jour des poubelles monstrueuses avec ses couches jetables, qui mettent des années à disparaître. » Depuis, elle a adopté la lavable, en possède une douzaine, « plus on les lave, plus elles sont douces et absorbantes ! », et fait tourner sa machine chaque jour. « On consomme plus d’eau et d’électricité, mais on fait moins de trajets pour aller les acheter », explique-t-elle avec le ton tranquille de la certitude.

Sur le chemin des bonnes intentions, bien sûr, parfois on trébuche. […] Il y a ce moment de stupeur où l’on réalise sa maladresse. Christelle, c’est quand elle a vu la tête de ses enfants qu’elle a compris. Elle avait pourtant affiché son sourire des trop bonnes idées. Mais les gamins sont restés interloqués. Quoi ! ? Un hôtel en Thaïlande sans eau ni électricité ? Mais pourquoi au juste ? Oui, c’est vrai, pourquoi traverser la planète, griller des tonnes de kérosène, fabriquer du carbone de destruction massive, pour aller se nicher dans une cabane du bout du monde dépourvue du minimum de confort ? La contradiction aujourd’hui fait rigoler la jeune femme. […] L’autre jour, Nicolas est rentré à la maison, tout fier, avec des kiwis bio. Dommage, ils venaient de Nouvelle-Zélande et avaient donc « génocidé » la planète. […]

Isabelle MONNIN
Le Nouvel Observateur, n° 2197, 14-20 décembre 2006, pp. 52-55

Réponses officielles


 

1. Parmi les quatre titres proposés, quel est celui que vous choisiriez pour cet article ?

_ α) « Renoncer à tout »

β) « Posséder pour exister »

γ) « Le grand festin consumériste »

δ) « Une nouvelle éco-citoyenneté »

2. Parmi les quatre propositions ci-dessous, choisissez celle qui explique le changement de l’attitude écologique de la femme moderne :

_ α) Les hausses de température estivale de ces dernières années.

β) La réapparition de l’épidémie en 2006.

γ) L’émancipation de la femme moderne.

δ) La surcharge de travail de la femme actuelle.

3. Autrefois, l’homme « acceptait, en traînant les babouches, de sortir la poubelle […] ».
Parmi les quatre reformulations qui suivent, choisissez celle qui décrit le plus fidèlement le comportement de l’homme d’autrefois :

_ α) Il sortait la poubelle en utilisant un traîneau.

β) Il sollicitait l’aide des grands-mères pour sortir la poubelle.

γ) Il acceptait de sortir la poubelle en mettant ses pantoufles.

δ) Il acceptait de sortir la poubelle en montrant de la mauvaise volonté.

4. L’énoncé « […] les vagues assassines de Katrina » fait allusion

_ α) à l’important débordement du fleuve Katrina qui a touché la plus grande partie de la vallée de Mexico.

β) à l’ouragan Katrina qui a dévasté une partie de la ville de la Nouvelle-Orléans.

γ) à la marée noire causée par l’échouement du pétrolier Katrina au large des côtes bretonnes.

δ) aux inondations catastrophiques provoquées par la mousson Katrina en Inde.

5. « […] la triste calvitie du Kilimandjaro » fait allusion à

_ α) la nouvelle d’Ernest Hemingway.

β) la fonte des neiges du Kilimandjaro.

γ) la disparition du volcan du Kilimandjaro.

δ) la récente éruption du volcan du Kilimandjaro.

6. Par « covoiturage » on entend

_ α) que plusieurs automobilistes utilisent à tour de rôle une seule voiture pour effectuer un parcours précis.

β) qu’un groupe de véhicules, qui font route ensemble, se dirigent vers le même point.

γ) que des amis alternent l’utilisation de leurs véhicules et des transports en commun.

δ) que des collègues louent ensemble un véhicule pour se rendre à leur lieu de travail.

7. Par rapport à autrefois, aujourd’hui, la femme moderne

_ α) ne fait plus les courses.

β) travaille à proximité.

γ) ne part plus en vacances.

δ) utilise son propre sac pour faire ses courses.

8. « […] elle se connecte sur un écolo-blog à la recherche de partages d’expériences ».
Parmi les quatre reformulations qui suivent, choisissez celle qui contient les mêmes informations que la phrase ci-dessus :

_ α) Elle visite des sites web qui contiennent des journaux de bord d’autres écologistes pour échanger des informations.

β) Elle met à jour son journal personnel à l’aide des informations d’internautes écologistes.

γ) Elle utilise un moteur de recherche pour trouver des informations sur l’écologie.

δ) Elle écrit ses expériences sur un bloc-notes en papier recyclé.

9. « Cela n’aura échappé à personne » pourrait être remplacé par

_ α) Dans quelques années, tout le monde aura compris que…

β) Tout le monde a déjà pris conscience que…

γ) Dans les années à venir, personne ne pourra s’échapper au fait que…

δ) En quelques années, ce fait n’a échappé à personne.

10. La catégorie des ennemis de la santé planétaire ne comprend pas

_ α) les dépensiers.

β) les assassins d’oursons polaires.

γ) les charbonniers.

δ) les accros du tabac.

11. Selon l’auteur, le fait de polluer est considéré aussi grave que

_ α) le harcèlement de ses subordonnés.

β) l’alcoolisme.

γ) le tabagisme.

δ) l’infraction du code de la route.

12. « L’écolo-attitude n’est plus baba cool » signifie qu’elle n’est plus

_ α) réservée aux hippies.

β) une attitude B.C.B.G.

γ) une caractéristique des beaufs.

δ) une exclusivité des bobos.

13. L’écolo-attitude est devenue « incontournable » signifie qu’elle est

_ α) superflue.

β) obligatoire.

γ) imposée.

δ) fortuite.

14. Par l’expression « le compte à rebours est enclenché » on entend

_ α) qu’il est temps de rembourser ses dettes.

β) qu’il faut agir immédiatement et sans tarder.

γ) qu’il vaut mieux régler ses comptes à temps.

δ) qu’il est profitable de se mettre à son compte.

15. « En 2002, les experts du Credoc découvraient avec circonspection […] » signifie que les experts considéraient leur découverte avec

_ α) prudence.

β) témérité.

γ) étonnement.

δ) joie.

16. « Un raz de marée de bonne conscience ? »

Par cette question, l’auteur suppose que les consommateurs

_ α) ont décidé en groupe de ne rien refouler.

β) ont été profondément bouleversés et ne veulent plus se sentir coupables.

γ) ont été ébranlés et ont pris conscience de la nécessité de changer d’attitude.

δ) ont pressenti massivement l’ampleur du problème.

17. Le commerce équitable propose

_ α) des marchardises démarquées.

β) un bon rapport qualité – prix.

γ) des produits haut de gamme à un prix abordable.

δ) de meilleures conditions commerciales pour les petits producteurs.

18. « Commerce équitable » est traduit en grec par :

_ α) αξιοκρατικό εμπόριο.

β) ισότιμο εμπόριο.

γ) δίκαιο εμπόριο.

δ) ισοδύναμο εμπόριο.

19. Aujourd’hui, la vente de produits biologiques

_ α) prend lentement son essor.

β) stagne depuis un moment.

γ) est en baisse constante.

δ) est en voie de disparition.

20. « Les consommateurs ont mauvaise conscience s’ils ont l’impression de nuire à l’environnement. »

Avec cette assertion, Pascal Couvry exprime

_ α) un consentement.

β) une constatation.

γ) une concession.

δ) une conclusion.

21. En 1996, trier des déchets était considéré par les Français comme une activité

_ α) obligatoire.

β) réservée aux Allemands.

γ) à laquelle ils n’adhéraient pas volontiers.

δ) complètement irrationnelle.

22. Par rapport à 1998, aujourd’hui, le nombre de Français sensibilisés au recyclage

_ α) a doublé.

β) a baissé.

γ) a triplé.

δ) a quadruplé.

23. Le mot « idem » s’emploie généralement pour

_ α) introduire un exemple.

β) souligner les propos de l’auteur.

γ) expliquer un mot ou une idée.

δ) éviter la répétition d’un nom.

24. Par « l’idée a été lancée en 2003 », l’auteur se réfère au projet de

_ α) recycler les sacs plastiques.

β) fabriquer des sacs plastiques biodégradables.

γ) récupérer les sacs plastiques dans des poubelles spéciales.

δ) réduire le nombre de sacs plastiques distribués.

25. « […] personne […] n’escomptait qu’on réduirait en un an leur utilisation de 20% » signifie que
cette réduction était

_ α) redoutée.

β) souhaitée.

γ) prévue.

δ) inopinée.

26. « La planète crève et il faudrait que je sois complice ? »

À quel proverbe auriez-vous recours pour exprimer votre consentement à cette phrase ?

_ α) Il n’y a que le provisoire qui dure.

β) Qui peut et n’empêche, pêche.

γ) On n’est jamais si bien servi que par soi-même.

δ) Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

27. La famille d’Hervé Naillon et de Cécile Bourdais évite de prendre l’avion pour se rendre à Miami
car elle craint

_ α) de tomber sur un tsunami.

β) de tomber victime d’un typhon.

γ) de contribuer au réchauffement de la planète.

δ) d’être surprise par les marées hautes.

28. L’aloe vera est une plante qui

_ α) possède de nombreuses vertus thérapeutiques.

β) est utilisée exclusivement pour des problèmes dermatologiques.

γ) a plusieurs appellations.

δ) peut provoquer des brûlures.

29. « […] les chaussures ont le cuir tanné végétalement » signifie que la famille d’Hervé Naillon et
de Cécile Bourdais préfère les chaussures

_ α) en jute naturel.

β) en peau colorée avec des teintures végétales.

γ) en peau brute.

δ) en peau traitée de manière naturelle.

30. Dans la famille bio « […] les gaspis d’électricité [sont] traqués » signifie

_ α) qu’ils ont trafiqué le compteur d’électricité.

β) qu’ils ne tolèrent pas la consommation inutile d’électricité.

γ) qu’ils ont eu recours au gaz en tant que forme d’énergie alternative.

δ) qu’ils ont gaspillé le budget prévu pour régler les factures d’électricité.

31. L’énoncé « objecteur de croissance » est calquée sur l’expression

_ α) objecteur de convinction.

β) objecteur de conscription.

γ) objecteur de conscience.

δ) objecteur de constance.

32. « Tomber dans une dictature du consumériquement correct » est utilisé pour désigner l’attitude

_ α) d’un écologiste qui applique à la lettre les principes du mouvement.

β) d’un individu qui veut imposer un mode de vie de consommation effrénée.

γ) d’un consommateur qui est obsédé par tout ce qu’il considère comme étant écologiquement correct.

δ) d’un consommateur qui exige de lui-même et des autres d’être socialement correct(s).

33. « Nous ne combattrons pas le réchauffement » se réfère

_ α) au réchauffement de la planète.

β) aux matières combustibles.

γ) aux réserves de pétrole.

δ) aux carburants de voitures.

34. Les « mesures tièdes » sont des mesures

_ α) fanatiques.

β) passionnées.

γ) enflammées.

δ) molles.

35. L’expression « l’air du temps » est utilisée pour désigner

_ α) les conditions climatiques contemporaines.

β) les conceptions actuelles.

γ) la situation environnementale.

δ) la qualité de l’air de notre époque.

36. « […] l’air du temps n’est décidément plus au « jouir sans entraves » de Mai-68. » Par quel mot auriez-vous pu remplacer « décidément » dans la phrase-ci dessus ?

_ α) fermement.

β) résolument.

γ) simplement.

δ) volontairement.

37. À quel slogan de mai 68 renvoie la phrase « L’abondance et la satisfaction immédiate des désirs » ?

_ α) « Soyez réalistes, demandez l’impossible ! »

β) « Jouissez ici et maintenant ! »

γ) « Sous les pavés la plage ! »

δ) « L’imagination prend le pouvoir ! »

38. « consommacteur » est un mot valise formé de

_ α) « consommé » et « acteur ».

β) « consommateur » et « acteur ».

γ) « consommateur » et « auteur ».

δ) « consumer » et « acteur ».

39. « […] iota par iota ».

Parmi les quatre locutions qui suivent, désignez celle qui est utilisée en français :

_ α) « Être l’alpha et le iota ».

β) « Ne pas bouger d’un iota ».

γ) « Mettre les points sur les iota ».

δ) « Être droit comme un iota ».

40. Pour Florent, « La « pâte à tartiner » bio n’est décidément pas à la hauteur de celle de son enfance ».

Parmi les quatre reformulations qui suivent, choisissez celle qui transmet le même sens que la phrase ci-dessus.

_ α) Il ne peut pas se décider sur quelle « pâte à tartiner » choisir.

β) La « pâte à tartiner » bio éclipse celle de son enfance.

γ) La « pâte à tartiner » bio n’égale pas celle de son enfance.

δ) Il considère la « pâte à tartiner » bio aussi bonne que celle de son enfance.

41. Qu’entend-on par « aller tous les quatre matins » ?

_ α) aller très souvent.

β) aller une fois tous les quatre jours.

γ) aller au bout de quatre jours.

δ) aller quatre fois par semaine.

42. « […] tous les quatre matins. »

Parmi les quatre locutions qui suivent, désignez celle qui est utilisée en français :

_ α) « Quatre fois sur dix ».

β) « Couper les cheveux en quatre ».

γ) « Tourner quatre fois sa langue dans sa bouche ».

δ) « Quatre à la douzaine ».

43. « Joëlle […] est adepte depuis que sa fille aînée a un an et demi » signifie qu’elle

_ α) a adopté une fille d’un an et demi.

β) est mère adoptive depuis un an et demi.

γ) s’est adaptée à ce mode de vie depuis un an et demi.

δ) a adopté ce mode de vie depuis que sa fille a un an et demi.

44. L’argument de Joëlle qui a préféré la couche lavable est qu’elle

_ α) ne consomme plus d’eau.

β) diminue sa consommation d’électricité.

γ) consomme davantage d’électricité.

δ) va moins souvent au supermarché.

45. « Sur le chemin des bonnes intentions, bien sûr, parfois on trébuche. »

Parmi les quatre reformulations qui suivent, choisissez celle qui transmet le même sens que la phrase ci-dessus :

_ α) Les mesures adoptées par les « consommacteurs » n’ont pas été efficaces et n’ont rien donné.

β) En cours de route, les « consommacteurs » changent d’opinion.

γ) Les « consommacteurs » réalisent la vanité de leurs efforts.

δ) Les idées des « consommacteurs » sont bonnes mais parfois ils se trompent.

46. « Mais les gamins sont restés interloqués » signifie que les enfants

_ α) ont fait la sourde oreille.

β) sont restés bouche bée.

γ) ont tenu tête.

δ) ont fait les gros yeux.

47. On reproche aux kiwis que Nicolas a achetés

_ α) d’être traités avec des produits pesticides.

β) d’avoir contribué à la destruction de la planète.

γ) de ne pas être frais.

δ) d’être à un prix exorbitant.

48. L’intention de l’auteur de cet article est

_ α) d’inciter les lecteurs à soutenir les efforts de développement de conscience écologique des ménagères françaises.

β) de porter des appréciations sur l’attitude et les comportements écologiques des Français.

γ) de culpabiliser les lecteurs en énumérant les risques qu’ils font peser sur la planète par leur comportement de surconsommation.

δ) d’encourager les lecteurs à adhérer à une organisation de défense de l’environnement.

 

Voir en ligne

ΑΣΕΠ : http://www.asep.gr