Ce que disent les Parisiens… - Image d'illustration

Interculturel

Ce que disent les Parisiens…

En fait, ce petit montage d’environ deux minutes a été réalisé par une société de diffusion de produits sur Internet. Il met en scène des personnes, des attitudes et des expressions typiquement parisiennes, représentatives des bobos surtout. Bobo, c’est la contraction de bourgeois-bohème, un profil social très courant au centre de Paris.

Ce document peut aider profs et élèves à développer, non seulement leur compétence de compréhension de l’oral (comme ce n’est vraiment pas facile, j’ajoute une rapide transcription. Attention, je ne suis pas sûr de quatre ou cinq mots), mais aussi et surtout leur sensibilité et leur conscience interculturelles.

Transcription

À New-York, tu vois, il y a une énergie qu’on ne trouve pas ici.
– Attends. Mais c’est un village, Paris, à côté.
– C’est juste énorme !
– Tu connais le nouveau bar à eau ?
– Tu es au courant qu’il y a un nouveau bar à pain ?
– Tu connais le nouveau bar à soupe ?
– Ah non ! C’est le meilleur borden de paris.
– C’est le meilleur bo-bun de Paris.
– Ah ! C’est le meilleur Thaï de Paris.
– Mais c’est énorme !
– L’a lu…
– Moi Jaime les gens vrais.
– Le patron, tu commandes du ketchup, il t’insulte. C’est génial !
– Enfin, j’ai rien contre la province : ma mère vient de Montpellier.
– C’était très sympa, cette soirée.
– J’ai envie de vacances.
– On s’est fait un petit brunch dans le Marais. Du fait maison. Superbe !
– J’ai envie de tout plaquer : je prends une année sabbatique.
– L’an prochain, j’arrête mon boulot.
– Peut-être faire le tour du monde…
– Cette année, j’ouvre ma boîte
– Je me casse.
– Cette année, je passe mon permis.
– Et je vais ouvrir des chevaux-rando dans le Périgord.
– Cette année je trouve un appart.
– La meuf qui m’invite à une soirée en banlieue… Non mais, l’invitation trop relou.
– Suresnes ? Ah, non non non…
– Saint-Ouen ? Mais on peut y aller par la route ?
– Non, mais c’est à Levallois…
– Pff…
– Vélizy, Vélizy, Vélizy… hahaha !
– Ah ? je sais pas. Tu sais… Moi, je lis que Télérama.
– Ils en ont pas parlé sur France -Inter hier ?
– Tu t’es fait Matisse ?
– Tu es allée voir Munch à Pompidou ?
– Tu t’es fait Diane Arbus au Jeu de Paume ?
– Attendez. C’est So 2010…
– Attends, je peux pas : j’ai deux gars.
– C’est clair.
– Ah non ! Je peux pas : j’ai le Caprica.
– Je me suis trouvé un petit maraîcher bio… mais du tonnerre !
– Ça, tu vois, c’est de la bonne tomate. Regarde. Tu vois là ? Ça, ça a un vrai goût de tomate, ça !
– Ah ! Mais putain ! Rhâââââ !
– Décroche… décroche… décroche !
– Je suis à Cha… je suis à Chatelet, là !
– Pardon ! Mais c’est vous, je sors aussi, là !
– Mais c’est bon. Je vous dérange pas, là ?
– Les gens sont égoïstes.
– Non mais. Les gens sont tarés…
– Les gens sont vraiment trop cons
– Les gens sont stressés…
– Le 16e ? c’est mort… c’est mort, mort, mort !
– Non mais le 20e, c’est le nouveau 12e.
– Ah, la rue Saint-Denis ? c’est le nouveau Montorgueil.
– Ok. Ciao, ciao, ciao… Ha haha !
– C’est beau quand-même, hein ?
– Par contre demain, j’ai une journée qui me saoule…

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique