TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

Internet dans la classe de Fle ? Non !

Internet dans la classe de Fle ? Non ! - Image d'illustration

Internet peut grandement faciliter l’apprentissage des langues.

Il permet l’accès à des documents qui sont dans leur majorité authentiques, en d’autres termes, à des documents créés afin d’être utilisés pour des raisons sociales, pour des raisons autres que des raisons d’apprentissage.

Internet offre aussi la plus large ouverture qui soit sur le monde. Certains enseignants voient dans cet accès à n’importe quel type de document une source de danger. Pour ma part je crois qu’il vaut justement mieux que les risques de « débordement » soient pris durant une période de la vie où l’on est assisté par des éducateurs (parents, enseignants) : c’est une occasion de développer son esprit critique en prenant certes quelques risques (pour apprendre à discerner le meilleur, il faut aussi connaître le pire, non ?), mais des risques calculés et mieux contrôlés.

L’utilisation d’Internet permet aussi l’application d’une pédagogie centrée sur l’apprenant qui peut notamment opérer seul les choix du moment, de la durée, du rythme, du lieu et des stratégies de son apprentissage.

Mais le principal apport est pour l’instant celui d’outils nouveaux permettant

- l’échange, l’interaction avec l’enseignant et avec d’autres élèves (mails, forums, listes de discussion, classes virtuelles, chats, assistances orthographique,

- l’information (moteurs de recherche, agrégateurs, ressources organisées, FAQ, etc.), et surtout

- la « production de savoirs » (classes virtuelles, espaces communs de travail ou espaces de travail commun comme les wikis) qui conduit aussi au développement du savoir-apprendre, de cette compétence qui consiste à réinvestir des compétences antérieures pour une acquisition de nouvelles compétences.

Dans ce contexte qui n’en finit décidément pas de changer, le rôle ou plutôt les rôles de l’enseignant doivent continuellement être reconsidérés.

En effet, aujourd’hui, l’enseignant doit tout à la fois proposer des consignes de travaux à distance, évaluer des travaux en ligne, traiter un important courrier électronique, modérer des forums, animer des groupes de discussion, répondre aux attentes (parfois imprévisibles mais toujours légitimes des apprenants).

Il est animateur : incitateur/modérateur au plan pédagogique, facilitateur au plan didactique Didactique La didactique se différencie de la pédagogie par le rôle central des contenus disciplinaires et par sa dimension épistémologique. .

Pour peu qu’Internet soit utilisé dans sa fonction sociale première d’outil d’information et de communication (et bien oui : TIC), son utilisation donne donc l’assurance d’une parfaite application des pédagogies en vogue dans les programmes du ministère (ce qui ne veut pas dire en vogue sur la planète : consultez… Internet ! hi hi hi !) : la pédagogie différenciée, la pédagogie par objectifs, la pédagogie de projet, l’apprentissage interdisciplinaire et l’apprentissage réel.

Attention, attention ! Leurs apprenants l’ont déjà fait ! Au tour des professeurs des langues d’apprendre à maîtriser les TIC. Dans la foulée l’heure est aussi venue de se former aux nouvelles méthodes d’encadrement des apprenants. Comment ? Qui a posé cette question ? ;-)

Oups ! On a oublié de répondre au titre de ce petit article. Internet dans la classe de FLE ? Et non, on l’a compris : plutôt à la maison... tant pour les élèves que pour le prof !

Τι καλά !

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique