Comportements

Que faire quand un élève est agressif ?

Des théories freudiennes aux applications dans la classe.

Que faire quand un élève est agressif ? - Image d'illustration

Que faire quand un élève ne se comporte pas comme on l’attendrait dans la classe, quand il manifeste de l’agressivité vis-à -vis du professeur ou d’autres élèves ?

Tout comportement agressif est la réaction à une frustration. L’agression n’est pas toujours dirigée vers la personne qui peut avoir provoqué cette frustration. Les causes d’un comportement agressif donné peuvent donc être très diverses et ne sont pas toujours facilement identifiables.

Ainsi, un élève peut manifester par un comportement agressif une souffrance causée par

- un conflit familial (difficultés familiales),
- sa mauvaise intégration dans le groupe (difficultés sociales),
- la coexistence de deux pulsions contradictoires (difficultés personnelles),
- etc.

Si plusieurs élèves d’une même classe ont des comportements agressifs et qu’en outre, certaines manifestations agressives sont dirigées vers l’enseignant, on peut toutefois penser que l’origine et la solution du problème résident dans la qualité des relations entre les élèves et/ou entre élèves et professeur. Ces relations peuvent avoir été détériorées par des comportements souvent verbaux qui ont provoqué un sentiment d’injustice, de culpabilité, de rejet ou de condamnation.

Le professeur aussi peut, par son comportement, être à la source de manifestations agressives :

- quand il condamne un élève au lieu de condamner son comportement ;
- quand il punit sans jamais gratifier ;
- quand il violente (gifles, secousses) un élève ;
- quand il impose des activités scolaires sans objectif explicite ;
- quand il s’occupe plus ou mieux de certains élèves ;
- quand il n’adapte pas son enseignement aux particularités de chacun de ses élèves ;
- quand il n’est pas à l’écoute des besoins ou des réactions de ses élèves.

Solutions :

Si l’origine des manifestations d’agressivité semble malgré tout étrangère à la pédagogie ou aux choix didactiques de l’enseignant, la neutralisation des conflits nés de ces situations peut consister en une verbalisation des tensions : Le professeur interrompt le cours, s’adresse aux élèves réunis et leur fait décrire la situation. Ensuite, par des questions bien amenées, il fait condamner par le groupe le comportement à bannir. Il veille toutefois à souligner les aspects positifs de la personnalité ou de certains autres comportements des élèves agressifs pour que ces derniers prennent conscience de la reconnaissance qui en est faite par le groupe.

Si le comportement négatif d’un élève se justifie par le fait qu’il a déjà développé les compétences à acquérir pendant le cours et qu’il s’ennuie, le professeur peut lui proposer de partager certaines responsabilités d’enseignement avec lui. Si par contre l’élève est d’un niveau tellement faible qu’il n’arrive pas à suivre, le professeur évitera des évaluations systématiquement pénalisantes

- en intégrant le plus souvent cet élève dans des groupes de travail,
- en pratiquant une évaluation centrée sur les efforts déployés plutôt que sur la qualité du résultat et, en tout cas,
- en rendant public le moindre de ses succès.

D’une façon plus générale, l’enseignant désamorcera toujours les tensions à leur début. Plus il attend, moins il lui sera facile de les combattre.

Si enfin le professeur estime que le problème qui est à l’origine de l’agression ne réside pas dans les rapports de l’élève avec le groupe, il peut rencontrer l’élève seul en dehors des heures de cours. Pendant cette rencontre, une excellente technique sera de systématiquement normaliser tout ce qui sera dit par l’élève pour que toute vision déformée ne soit plus à la source de réactions excessives. C’est ainsi qu’on apaise, par exemple, la profonde souffrance que peut éprouver un élève qui croit que les disputes entre ses père et mère sont un fait unique dans l’histoire de l’humanité.

Toutefois, si l’agression prend des proportions qui rendent un enfant dangereux pour les autres élèves de la classe ou de l’école, et que cette agressivité semble devoir durer ou se répéter, le professeur a le devoir d’avertir la direction de l’école qui se chargera à son tour, si besoin est, d’avertir les parents et/ou des autorités plus compétentes (médicales, policières, etc.).

Pour conclure, quelques règles d’or que le professeur devrait toujours avoir en tête au spectacle de manifestations agressives dans la classe seront :

- Consacrer tout le temps nécessaire à la résolution des tensions.
- Toujours condamner le comportement, jamais son auteur.
- Faire condamner le comportement par le groupe, pas par le professeur.
- Faire verbaliser toutes les tensions en présence du groupe entier.
- Normaliser systématiquement les faits présentés comme étant à la source d’une tension.

Se rappeler que l’exclusion d’un élève de la classe est une défaite majeure !