À quel âge commencer ? - Image d'illustration

Psychopédagogie

À quel âge commencer ?

À quel âge commencer son apprentissage des langues étrangères ? La question a été posée sur un forum fraîchement ouvert sur gallika.fr.st (http://gallika.phpnet.org/ x/html/modules/newbb/ viewforum.php ?forum=8) et quelques premiers étudiants de l’Université Aristote de Thessaloniki se sont hâtés de surfer sur Internet pour y apporter des réponses. Voici quelques extraits intéressants de leurs contributions.

Une étude d’envergure, réalisée en Angleterre il y a une trentaine d’années, a démontré que le niveau auquel on commence - que ce soit au primaire ou au secondaire - est un facteur secondaire par rapport à la qualité et à l’intensité de la formation, mais qu’il reste essentiel de commencer relativement tôt, et utile de commencer le plus tôt possible, parce que le jeune enfant étant plus réceptif aux sonorités étrangères, il acquerra un meilleur accent.

C’est à l’âge d’aller à l’école primaire ou secondaire que devrait se faire le principal apprentissage, n’en déplaise à ceux qui prétendent qu’on peut aussi bien apprendre une langue seconde à l’âge adulte. Cela se fait, évidemment, mais c’est beaucoup plus difficile. À moins qu’on ait un don exceptionnel pour les langues ou qu’on ait carrément déménagé dans un pays où c’est la langue unique, il faut de très gros efforts, beaucoup de temps, pas mal d’argent, et surtout d’extraordinaires motivations, pour apprendre une langue seconde une fois qu’on n’est plus en âge d’aller à l’école.

Il reste qu’en dehors de toute considération environnementale, on peut apprendre une seconde langue à n’importe quel âge. Ce qui change, ce sont les mécanismes psycholinguistiques. La phrase « Il vaut mieux apprendre d’abord correctement une langue,ensuite on peut introduire une seconde langue » est un mythe. On peut être sûrs qu’un enfant qui apprend les deux langues dans un environnement affectivement équilibré n’a aucun problème pour devenir bilingue. En effet, un enfant qui au moment où il apprend à parler, est en contact avec deux langues, les acquiert avec une aisance extraordinaire : il intériorise les deux systèmes et peut donc penser dans l’une et l’autre langue ! Ceci a amené certains chercheurs à penser que seul le petit enfant peut devenir un bilingue parfait.

Dès la vie intra-utérine et jusqu’à 6 mois, l’enfant fait preuve d’une véritable richesse perceptive. L’enfant qui, à 6 mois, pouvait encore discriminer un grand nombre de sons, verra, vers l’âge de 10-12 mois, sa perception se restreindre aux seules distinctions utiles dans sa langue maternelle. Mais malgré tout, l’apprentissage d’une langue étrangère peut encore se faire efficacement entre 6 et 9 ans. D’autres capacités développées par l’enfant dans le milieu scolaire viennent en effet s’additionner pour créer des conditions d’apprentissage privilégiées.

L’apprentissage doit se faire dès la maternelle et même avant si possible. Mais la question, c’est comment réaliser cet enseignement ? On peut le faire par la musique, le jeu, la danse. Ainsi, l’enfant découvrira avec plaisir cette seconde langue. Mais, il existe inévitablement des risques quand l’enfant apprend une langue très tôt ; comme celui de la fatigue. C’est pourquoi on doit faire apprendre une seconde langue très tôt à l’enfant en jouant avec lui sur les aspects d’une culture et « en retardant au maximum l’entrée dans le sens et l’approche cognitive de cette langue. »


J. PETIT cite le cas d’un enfant américain âgé de 4 ans qui, seulement trois mois après son arrivée en France, avait totalement perdu son accent !

Des nombreuses études ont démontrent que les enfants ont plus de facilités à apprendre une langue étrangère que les adultes. L’ idéal étant de commencer dès le plus jeune age, c’est à dire de 4 à 7 ans. Plus tôt l’enfant apprend une langue étrangère, mieux il s’imprègnera et il parlera sans accent.

Pendant l’âge heureux de 6 ans, l’enfant fait encore preuve de capacités excellentes à restituer la prosodie d’une langue étrangère d’autant que ses capacités d’imitation sont maximales entre 4 et 8 ans. Cette pulsion mimétique permet à l’enfant d’apprendre rapidement une langue.C’est pendant cette période précédant l’école primaire que l’enfant développe les plus grandes facilités pour l’apprentissage d’une langue seconde.

Entre 6 et 8 ans, l’enfant a complètement établi les habitudes de sa langue maternelle et à partir de 9 ans, il se met à entendre Entendre Entendre les phonèmes en fonction de celle-ci et éprouve des difficultés à se corriger.

Entre 7 et 9 ans, l’enfant traverse une nouvelle période de réorganisation perceptuelle : il passe d’un traitement global à un traitement analytique.Les influences de la langue maternelle sont encore trop récentes pour avoir définitivement altéré les capacités auditives de l’enfant. Il possède des connaissances et des aptitudes acquises pendant sa scolarité, qui lui permettront d’apprendre rapidement une langue étrangère.

En atteignant, vers 10 ans, le seuil fatidique de son développement, l’enfant perd une grande partie de sa richesse perceptive, avec la perte de sa malléabilité cérébrale.
Fait étonnant : un grand nombre d’enfants dans le monde acquièrent deux ou plus de langues durant les premières années de vie ! Il faut savoir que plus on commence une langue tôt, plus l’apprentissage est facile, car il sera « naturel ».

Entre 7 et 9 ans, l’enfant traverse une nouvelle période de réorganisation perceptuelle. Il possède des connaissances et des aptitudes acquises pendant sa scolarité, qui lui permettront d’apprendre rapidement une langue étrangère. *En outre, le processus d’imitation, il est vrai, n’est plus aussi bon, passé l’âge de 8 ans. Entre 6 et 8 ans, l’enfant a complètement établi les habitudes de sa langue maternelle et à partir de 9 ans, il se met à entendre Entendre Entendre les phonèmes en fonction de celle-ci et éprouve des difficultés à se corriger.

On sait maintenant qu’il existe une période privilégiée pendant laquelle l’enfant fait preuve d’une grande adaptabilité. L’enfant manifeste de grandes qualités, notamment une formidable curiosité, une grande spontanéité, ainsi qu’une grande flexibilité cognitive. Cette période joue un rôle déterminant dans l’acquisition du système intono-accentuel d’une langue seconde et il est fondamental d’en commencer l’apprentissage avant 10 ans.

Ces quelques propos livrés en vrac peuvent constituer une mine de réponses à donner aux parents d’élèves et prouvent que toutes nos questions peuvent rapidement trouver réponse sur Internet. On trouvera sur forum d’où provient ce qui précède les adresses d’excellents sites web sur la question.

PS

Paru dans la revue mensuelle de la Panhellenic Federation of Language School Owners (PALSO) en mars 2003.

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique