4.2.2 Épreuve écrite (première partie)

4.2.2  Épreuve écrite (première partie)  - Image d'illustration

Suite de la présentation critique d’un instrument d’évaluation mis en œuvre en Grèce (en l’occurrence, les examens Examens Examens de français du PALSO) pour l’octroi d’une certification en langue française, mémoire de DEA – Sciences du langage, Université de Mons-Hainaut, 1998.

L’épreuve écrite (première partie) revêt la forme d’un questionnaire à choix multiples comportant 70 items regroupés cinq à cinq en 14 activités au niveau élémentaire, d’un questionnaire à choix multiples comportant 75 items regroupés cinq à cinq en 15 activités au niveau certificat.

4.2.2.1 Niveau élémentaire

ACTIVITÉ I

Est-ce qu’on parle de la dame ou du monsieur ?

A. de la dame B. du monsieur C. on ne peut pas le savoir

1. Qui est-ce ?

2. Qui le connaît ?

3. C’est l’Italienne qui habite à côté.

4. On a dîner chez lui deux fois.

5. Ce chapeau lui va très bien.

L’objectif de cette première activité est de contrôler si les candidats sont capables de repérer dans un texte les marques qui permettent de déterminer le sexe de la personne à laquelle un locuteur se réfère.

Il s’agit donc de mesurer une compétence de communication de la façon la plus naturelle qui soit, puisque les candidats devront choisir entre deux représentations iconiques - et non exclusivement linguistiques - des référents possibles.

Le cas fréquent où aucun indice dans le discours ne permet de déterminer de quel sexe est la personne qu’on évoque n’a pas été oublié et rien dans le vocabulaire ou dans la syntaxe ne peut troubler le candidat qui, de toute façon, est simplement amené à repérer les marques élémentaires du genre : ce, le, l’, -enne et lui.

Les productions proposées peuvent sembler constituer des transcriptions de fragments de discours oral, ce qui serait regrettable puisque l’épreuve est censée mesurer des compétences linguistiques ou de communication qui concernent le discours écrit. En fait, ces phrases qui pourraient malgré tout figurer dans un document écrit (un discours rapporté par exemple) ont été préférées par les concepteurs pour la simplicité de leur syntaxe et du vocabulaire, sans laquelle on ne mesurerait plus la seule capacité des candidats à déterminer le sexe de la personne à laquelle un locuteur se réfère.

Le faible taux de facilité à l’item 5 (.32) s’explique par le fait qu’un même mot (lui) marqueur du sexe masculin dans l’item précédent, ne l’est plus dans ce nouveau contexte syntaxique. Le haut degré de difficulté de ce cinquième item ne doit donc pas le faire éliminer puisqu’il ne traduit aucun dysfonctionnement. Il sera au contraire hautement discriminant.

ACTIVITÉ II

Est-ce qu’on parle d’un ou de plusieurs objets ?

A. un B. plusieurs

6. Prenez-le

7. Je n’aime pas ses couleurs.

8. Quel est leur prix ?

9. On les trouve partout.

10. Ils coûtent cher.

L’objectif de cette seconde activité est de contrôler si les candidats sont capables de repérer dans un texte les marques qui permettent de déterminer le nombre des objets auxquels un locuteur se réfère.

Les candidats devront cette fois choisir entre deux mots simples indicateurs du nombre. On pourrait se poser la question de savoir si le fait d’exprimer le référent par une représentation iconique (activité I), plus naturelle, ou par une représentation graphique (activité II), plus économique en place et en temps de préparation, peut avoir une influence sur le score des candidats. Cette hypothèse ne peut être vérifiée que par l’expérimentation.

Le très faible score moyen à l’item 7 s’explique en partie par la très grande différence des systèmes linguistiques grec et français pour indiquer le nombre de possesseurs et de bien possédés. Mais cette explication ne suffirait probablement pas à justifier un taux de facilité aussi réduit (.16). De nombreux candidats auront limité leur lecture de la production 7 à un repérage d’une quelconque marque du pluriel en oubliant que cette marque doit aussi concerner le/les objet(s) dont on parle. Une représentation iconique des référents possibles aurait sans doute tempéré cette difficulté en rappelant de la façon la plus simple aux candidats qu’il s’agit de dénombrer les pulls, par exemple, et non leurs couleurs. La question du choix du code de soumission des alternatives aux candidats se repose donc ici et appelle une recherche expérimentale sur son importance relative et sur les critères qui doivent présider à ces choix.

La question de savoir si le taux de facilité moyen particulièrement élevé enregistré pour la plupart des items qui composent les deux premières activités devait en entraîner l’élimination avant la passation des épreuves ou au moment de la notation sera discutée infra .

ACTIVITÉ III

Regardez bien cette étiquette, ensuite lisez les cinq phrases qui suivent. Est-ce que vous êtes d’accord ?

A. oui B. non C. on ne peut pas répondre

11. Ce tissu est fabriqué en France.

12. Il faut laver ce tissu à la main.

13. C’est un tissu en laine.

14. Il a besoin d’être repassé.

15. C’est une étiquette de robe.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats sont capables de reconnaître par la présence de signes non-linguistiques l’origine d’un texte, de repérer dans ce texte les éléments qui donnent des informations précises sur le lieu et sur la matière de l’objet concerné, de comprendre les instructions.

La question de savoir dans quelle langue devrait être exprimée la consigne se pose enfin ici (précédemment, les items ne constituaient pas des consignes, mais l’objet de l’activité ; ils devaient donc nécessairement être rédigés en français). Elle sera discutée infra .

Pour répondre correctement à l’item 13, les candidats devaient savoir que la viscose et l’élasthanne sont des matières textiles et qu’elles ne peuvent en aucun cas être confondues avec de la laine. Si le score moyen à cet item ne faisait pas suspecter quelque corrélation entre l’existence de ce pré-savoir et le succès à l’item, une analyse plus profonde montre que les candidats qui n’ont pas correctement répondu ont presque tous choisi l’alternative « on ne peut pas le savoir », ce qui prouve l’importance du rôle qu’a probablement joué le degré de connaissance de l’éventail des matières textiles par les candidats. Il est particulièrement regrettable que le PALSO ne puisse fournir l’indication systématique du sexe des candidats ; ce paramètre aurait pu jouer quelque rôle ici.

ACTIVITÉ IV

Quand ? Mettez une croix dans la case de votre choix :

A. dans le passé B. dans l’avenir C. tous les jours

16. On a un cours de langue tous les matins

17. On l’a vu venir

18. Il a passé ses vacances en Grèce.

19. Le temps va s’améliorer vers la fin de la semaine.

20. On l’a transporté à l’hôpital.

L’objectif de l’activité est de contrôler si les candidats sont capables de repérer dans le texte les marques qui donnent des informations sur le moment (présent itératif, passé, avenir).

Quoique les documents sur lesquels reposent l’activité ne soient pas restitués sous leur forme la plus authentique (mais ces phrases extraites de coupures de journaux devaient être isolées, ce qui justifie leur dactylographie), les compétences évaluées sont donc bien des compétences de communication.

ACTIVITÉ V

Regardez-bien le document ci-dessous, ensuite dites si les informations qui suivent sont exactes. Choisissez :

A. oui B. non C. ce n’est pas dit

21. C’est un plan de la ville de Montpellier.

22. Le plan montre la situation d’un hôtel.

23. L’Hôtel Alliance se trouve près de la gare.

24. Le Polygone est un centre commercial.

25. On peut envoyer un fax à l’hôtel.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats sont capables de recon-naître par des signes, linguistiques ou non, l’origine d’un imprimé et de repé-rer dans le texte de cet imprimé des éléments porteurs d’information.

Le taux de facilité à l’ensemble des items de cette activité semble indiquer qu’elle est de bonne qualité. Pourtant, le fait que la plupart des candidats qui n’ont pas réussi les items 21 et 25 aient choisi l’alternative « ce n’est pas dit » alors que c’est dit doit faire réfléchir. En fait l’assimilation du document présenté à un plan de la ville de Montpellier est relative : on n’en voit qu’un quartier sur ce plan. Quant à la question de savoir si on peut envoyer un fax à l’hôtel, elle peut demeurer sans réponse : il y a un fax, mais le candidat est en droit de se demander si on peut l’utiliser pour contacter un client de l’hôtel, par exemple.

ACTIVITÉ VI

Quel est le mot qui convient ? Choisissez :

A. qui B. que C. où

26. Où est ce jardin _______ tu aimes regarder ?

27. Où est ce jardin _______ tu aimes ?

28. Où est ce jardin _______ tu aimes passer tes dimanches ?

29. Où est ce jardin _______ poussent toutes les fleurs ?

30. Où est ce jardin _______ fleurit toute l’année ?

Cette activité pourrait avoir pour seul objectif le contrôle de la capacité des candidats à choisir entre des diaphores celle qui convient dans des situations données. En fait, elle mesure aussi si les candidats distinguent en français trois mots qui se traduisent de la même façon en grec. Cette activité est donc bien celle à laquelle peut se livrer un locuteur grec au moment de s’ exprimer quand il hésite entre des formes qui seraient homonymes dans sa langue d’origine. Les mots proposés pour combler les lacunes du texte n’ont pas été regroupés parce qu’ils appartiennent à une même catégorie grammaticale (celle des pronoms relatifs), mais parce qu’ils entretiennent une relation fonctionnelle au plan de l’actualisation dans le discours et qu’ils sont confondus dans la langue d’origine des candidats-cibles.

On constate que le choix des réalisations en langue-cible sur lesquelles porte l’acti-vité est effectué en fonction des particularités du système de la langue-source.

La réduction des contextes à une phrase minimale presque identique pour chaque item réduit le risque d’interférence du lexique. Pourtant, le faible score moyen à l’item 29 révèle une difficulté qui résidait probablement dans l’utilisation du verbe pousser que les candidats ne connaissaient pour la plupart que dans le sens transitif de faire avancer. Cette traduction du verbe pousser explique pourquoi 62.32 % des candidats ont vu dans toutes les fleurs un complément d’objet direct.

ACTIVITÉ VII

Choisissez le mot convenable et mettez une croix dans la case correspondante :

A. pour B. à C. par D. en E. dans

Tous les matins monsieur Dupont commence 31 travailler 32 8 heures. Il vient 33 voiture et entre 34 le bâtiment 35 la porte du garage.

31.

32.

33.

34.

35.

L’objectif de l’activité VII est de contrôler dans quelle mesure les candidats sont capables de choisir dans une liste de prépositions justement confondues en grec.

Le faible score moyen des candidats à l’item 31 et le choix statistique de la propo-sition pour s’explique peut-être par le fait qu’en grec on aurait dit : « monsieur Du-pont va pour travailler à 8 heures » (traduction mot à mot).

ACTIVITÉ VIII

Paul vous montre le document ci-desosus et vous donne les renseignements qui suivent. Est-ce qu’ils sont vrais ou faux ?

A. vrai B. faux

36. L’EXPRESS est une revue d’actualité.

37. L’EXPRESS est une revue sportive.

Quand on prend un abonnement de 6 mois, on a une réduction de 30%.

39. En s’abonnant pour 6 mois, on reçoit un cadeau.

40. L’EXPRESS est une revue française.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats sont capables de recon-naître dans un texte bref les marques qui donnent une information précise sur l’objet concerné et sur l’intention de ses rédacteurs.

ACTIVITÉ IX

Choisissez parmi ces trois mots et mettez une croix dans la case convenable :

A. ces B. ses C. c’est

41. À qui sont _____ chaussures ?

42. Il va passer le week-end chez _____ parents.

43. Tu sais que _____ impossible.

44. _____ nuages-là vont apporter la pluie.

45. Il est très fermé, personne ne conaît _____ goûts.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats peuvent choisir entre des homonymes en langue-cible cette fois, dans un contexte donné.

L’activité ne mesure pas exclusivement la connaissance qu’ont les candidats du système de la langue-cible. Les contenus lexicaux et sémantiques des énoncés jouent aussi un rôle dans le choix de la bonne alternative.

Cette activité mesure aussi les compétence orthographiques des candidats. Cette compétence est en effet indispensable dans certains types de productions écrites si l’objectif de l’apprentissage est bien de réaliser certaines intentions en français (par exemple, obtenir un rendez-vous après envoi d’une lettre de candidature). L’activité se concentre sur le problème que pose l’écriture d’expressions homonymes extrêmement courante (On est loin de la dictée d’un texte littéraire).

ACTIVITÉ X

Choisissez le mot convenable et mettez une croix dans la case correspondante :

A. du B. un C. le D. au E. de

46. Voulez-vous encore _____ petit café ?

47. Oui, avec un peu _____ lait, s’il vous plaît.

48. Pas _____ sucre ?

49. Non merci, _____ sucre est mauvais pour la santé.

50. Votre femme veut aussi du café _____ lait ?

L’objectif de l’activité suivante est de contrôler si le candidat peut choisir entre quelques déterminants/quantificateurs dans des contextes morphosyntaxiques donnés. Il s’agit donc de mesurer des savoirs de nature linguistique. Le fait que les mots proposés n’appartiennent pas à une même catégorie grammaticale - au sens traditionnel normatif du terme - confirme le parti pris de travailler, comme annoncé dans le curriculum, au plan de la grammaire de l’énonciation.

Toutefois, la résolution de l’exercice peut être effectuée de façon mécanique : quelque soit le contexte sémantique ou syntaxique, un peu et pas sont presque toujours suivis de de, par exemple (items 47 et 48).

ACTIVITÉ XI

Voilà les annonces publicitaires de trois restaurants parisiens :

A. B. C.

De quel restaurant parlent Jules, Nadine, Marie, paul et Charles ? Mettez une croix dans la case de votre choix.

51. Jules : Là, on peut avoir des plats traditionnels à moins de 100FF.

52. Nadine : Ici, on peut essayer les propositions du nouveau chef.

53. Marie : Dans celui-là, l’apéritif et le vin sont compris dans le prix.

54. Paul : On y sert des plats traditionnels mais on ne connaît pas les prix.

55. Charles : Après minuit, il est toujours fermé.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats sont capables de repé-rer dans un texte écrit les éléments qui donnent une information précise sur le moment, le lieu, les mesures ou l’objet concerné.

Si l’objectif de l’activité est socialement légitime et parfaitement communicationnel, les moyens qui peuvent être mis en oeuvre pour y répondre le sont moins : En effet, aux items 51, 52 et 53, la présence dans les publicités et les propos à apparier d’expressions identiques a grandement facilité la tâche des candidats plus faibles comme le confirment les taux moyens de facilité qui s’élèvent à .98, .96, .96

ACTIVITÉ XII
Quelle est la bonne forme ? Choisissez et mettez une croix dans la case convenable :

A. partir B. partis C. partiront

56. Ils vont _____ demain.

57. Ils _____ demain par le train de 8 heures.

58. Ils sont _____ parce que demain il y a une grève des trains.

59. Ils veulent _____ demain, mais ils n’ont pas de billets.

60. Ils ne savent pas s’ils _____ demain.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats sont capables de choisir entre trois formes d’un même verbe celle qui convient dans un contexte énoncia-tif donné.

En définitive, le contexte syntaxique permet à lui seul de résoudre les difficultés puisque vont et veulent ne peuvent être suivis que d’un infinitif, sont d’un participe et ils d’un verbe conjugué à un mode personnel.

ACTIVITÉ XIII

Regardez les objets ci-dessous et lisez les légendes qui suivent. Quel objet correspond à chacune des légendes ? Mettez une croix dans la case qui correspond à votre choix.

A. B. C. D. E.
61.

62.

63.

64.

65.

L’objectif de l’activité ci-dessus est de contrôler si les candidats sont capables de repérer dans le texte les marques qui donnent une information précise sur l’objet concerné.

ACTIVITÉ XIV

Regardez-bien le document ci-dessous, ensuite dites si les phrases qui suivent sont correctes. Choisissez :

A. oui B. non C. peut-être

66. C’est une annonce publicitaire du club BVJ.

67. BVJ s’adresse aux jeunes qui ne veulent pas donner beaucoup d’argent.

On peut téléphoner pour demander plus de renseignements.

69. Le billet d’avion coûte à lui seul 1280 francs.

70. BVJ signifie Budget de Vacances pour Jeunes.

L’objectif de cette dernière activité est de contrôler si les candidats sont capables de reconnaître par des signes, linguistiques ou non, l’origine d’un imprimé et de repérer dans cet imprimé certains éléments porteurs d’information.

Le faible score enregistré pour l’item 67 s’explique par la subjectivité de la ques-tion qui a d’ailleurs fait répondre peut-être par la majorité des candidats.

Le taux fort bas de facilité au dernier item (item 70) et le fait que très peu de can-didats aient répondu non confirme le danger qu’il y a à mettre en concurrence les propositions oui et peut-être.

4.2.2.2 Niveau certificat

Les types d’activités d’évaluation proposés dans l’examen pour le niveau certificat sont les mêmes que ceux qui ont été décrits lors du parcours des items du niveau élémentaire. Pour ne pas fatiguer le lecteur, les commentaires seront limités

- à la mention systématique des caractéristiques qui distinguent éventuellement ces activités de celles de l’élémentaire et

- à une analyse des seuls items pour lesquels le degré de facilité ou de difficulté semble significatif.

ACTIVITÉ I

c’est ou il est ? Mettez une croix dans la case de votre choix.

A. c’est B. il est

1. _____ ton vélo.

2. _____ prof de piano.

3. _____ un acteur que j’adore.

4. _____ un joueur de foot.

5. _____ la soeur de ma copine.

Cette activité mesure si les candidats sont capables de choisir entre deux expressions françaises traduites de la même façon dans leur langue d’origine.

Si cette activité est simple relativement aux activités suivantes, elle ne pourrait pas être proposées au niveau élémentaire comme en témoignent les résultats plus fai-bles aux items 3 (.55) et 4 (.39).

ACTIVITÉ II

De quelle maison est-ce qu’on parle ? Mettez une croix dans la case de votre choix.

A. B. C. Ce n’est pas dit

6. Elle est à louer.

7. On n’en connaît pas le prix.

8. Elle est située dans la forêt.

9. La mer n’est pas si loin.

10. Elle se trouve près de la gare.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats sont capables de repérer dans un texte écrit les éléments qui donnent une information précise sur le lieu, les mesures ou l’objet concerné. Il s’agit aussi pour les candidats de trouver le référent des fragments de discours proposés sous les documents. Cette fois, au contraire des activités homologues au niveau élémentaire, ces fragments de discours ne contiennent plus de mots repérables dans les documents authentiques. L’appariement devient donc plus difficile.

À preuve, le très faible score total obtenu par les candidats à l’item 6 (.40) malgré les nombreux indices : pour la villa B, le rapprochement du terme location avec le verbe louer, le votre placé devant villa, le ménage quotidien, la vaisselle ; pour la villa A, la façon d’indiquer le prix, de la décrire, etc.

ACTIVITÉ III

Quelle est la forme convenable ? Mettez une croix dans la case correspondante :

A. aller B. allez C. allés

Pour 11 chez Martine il vaut mieux lui téléphoner avant. Nous y sommes 12 deux fois, mais elle n’était pas là. De toute façon, n’ 13 pas pendant le week-end, elle est tou-jours absente. Et si vous 14 en voiture, essayez d’y 15 avant la tombée de la nuit.

11.

12.

13.

14.

15.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats peuvent choisir entre des homonymes en langue-cible, dans un contexte donné. Cette activité mesure donc aussi les compétence orthographiques des candidats.

ACTIVITÉ IV

Observez bien le document ci-dessous, ensuite lisez les affirmations qui suivent. Sont-elles correctes ? Répondez en mettant une croix dans la case de votre choix.

A. oui B. non C. on ne peut pas le savoir

16. Cet appareil empêche de se brûler les mains.

17. On peut le placer sur un seul type de cuisinière.

18. C’est seulement pour les cuisinières à gaz.

19. On peut changer sa longueur.

20. On peut choisir la couleur.

L’objectif de cette activité est le même que celui de l’activité II à ceci près qu’il ne s’agit plus de trouver dans quel document se trouve l’information à valider.

ACTIVITÉ V

Lisez les phrases qui suivent et choisissez la forme convenable pour les compléter. Mettez une croix dans la case de votre choix.

A. qui B. qu’est-ce que C. quoi D. que

21. _____ t’a entendu parler ?

22. _____ tu as entendu parler ?

23. _____ t’a fait parler ?

24. _____ fais-tu pour parler ?

25. _____ tui as fait pour parler ?

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats sont capables de choisir entre quatre diaphores qui pourraient être traduites de la même façon dans leur langue d’origine. À la différence du niveau élémentaire, une résolution purement mécanique de l’exercice, basée sur la seule observation de la syntaxe et hors de toute considération d’ordre sémantique n’est plus possible.

L’échec général à l’item 22 (.19) peut être expliqué de deux façons. D’une part, lorsque au sein d’une même activité, le nombre des propositions est proche de celui des items, les candidats ont tendance à distribuer harmonieusement leurs réponses et répugnent donc à répondre deux fois successivement A, deux fois B, etc. D’autre part, La confusion fréquente chez les grecs entre les verbes dire et parler peut leur avoir fait croire que le parler de l’item 22 autorisait une construction transitive.

Aussi minimales qu’aient pu être les phrases proposées, le verbe pourtant courant qui les régissait aura trompé la majorité des candidats.

ACTIVITÉ VI

Mettez une croix dans la case de votre choix.

A. dès que B. même si C. à condition que

26. Il viendra _____ son patron est là.

27. Il viendrait ____ son patron serait là.

28. Il viendra _____ son patron soit là.

29. Il viendra _____ son patron sera là.

30. Il viendrait _____ son patron n’’ ;etait pas là.

L’objectif de l’activité suivante est de contrôler si les candidats sont capables d’intégrer certains articulateurs dans une syntaxe adéquate. Le degré plus élevé de difficulté de l’ensemble de l’activité n’est pas à démontrer puisque le taux moyen de facilité à chacun de ces items est nettement inférieur au taux de facilité total à l’épreuve.

ACTIVITÉ VII

Lisez l’extrait qui suit et essayez ensuite d’indiquer si les 5 informations données en marge sont exactes ou pas, en mettant une croix dans la case correspondante.

A. oui B. non C. on ne peut pas le savoir

31. On peut gagner un voyage en participant à ce jeu.

32. On peut jouer par téléphone.

33. On peut aussi téléphoner pour acheter le voyage.

34. Pour participer au jeu, il faut être en France.

35. L’hôtel Mont-Vernonb se trouve au bord de la mer.

L’objectif de cette activité est le même que celui des activité II et IV. Cependant, les questions posées s’attachent plus aux incidences des informations repérées qu’a leur simple repérage. Il ne s’agit plus de reconnaître l’origine ou la finalité première d’un texte typé, mais de le consommer dans son intégralité en posant des questions cruciales : Qu’est-ce qu’on gagne ? Est-ce qu’on peut jouer par téléphone ? On peut aussi acheter ce voyage ? Si je n’habite pas en France, est-ce que je peux participer ?

La débâcle observée dans les résultats à l’item 33 (.21) provient du fait que le do-cument proposé aux candidats à été mal découpé ou mal reproduit. Sur le docu-ment original, la couleur vive du numéro de téléphone et le texte auquel on est renvoyé en bas de page confortait le lecteur dans l’idée qu’on peut jouer par télé-phone.

ACTIVITÉ VIII

Quelle est la forme que vous choisissez ? Mettez une croix dans la case correspondante :

A. mes B. mais C. mets D. mai E. m’est

36. Cela _____ impossible.

37. Tous _____ biens sont à toi.

38. Elle a tout vu _____ elle ne dit rien.

39. Je ne peux pas partir avant _____.

40. Ne _____ rien sur ce rayon.

L’objectif de l’activité suivante est de contrôler si les candidats sont capables de distinguer entre les cinq transcriptions possible d’une même production orale. Comme annoncé dans le curriculum, les activités s’oriente tout doucement vers la prise de notes et vers la rédaction d’un rapport. Cet exercice d’orthographe n’est donc pas gratuit et le problème posé est aussi courant que le sont les 5 graphies proposées.

ACTIVITÉ IX

Observez bien le document ci-dessous. Cinq amis en discutent. Est-ce qu’ils ont raison ?

Répondez en mettant unecroix dans la case convenable.

A. oui B. non C. ce n’est pas dit

41. Pierre : Lluis Llach est un chanteur catalan.

42. Luc : Lluis Llach chante l’amitié entre les peuples.

43. Louis : Nene Venetsanou chante avec lui.

44. Madeleine : Ils vont faire une tournée aux États-Unis.

45. Charlotte : Lluis Llach habite à Paris.

L’objectif de l’activité suivante est semblable à celui des activités II, IV et VII. Le faible taux de facilité moyen des candidats à l’item 42 (.29) s’explique par le fait que l’alliance entre Nord et Sud, la réconciliation des cultures, la déclaration d’amour à l’humanité n’ont pas paru signifier la même chose que l’amitié entre les peuples aux candidats, comme l’indique le choix particulièrement fréquent de l’alternative ce n’est pas dit (20% contre 0% et 3% aux items précédent et suivant) .

La formulation en langue d’origine de la proposition de Luc aurait peut-être permis d’éviter toute subjectivité dans le jugement à porter.

ACTIVITÉ X

Quel mot vous choisissez pour compléter chacune des phrases suivantes ? Mettez une croix dans la case de votre choix.

A. espère B. trouve C. craint D. se demande E. doute

46. Jean _____ qu’on puisse terminer avant jeudi.

47. Jean _____ qu’il est possible qu’on termine avant jeudi.

48. Jean _____ qu’on terminera avant jeudi.

49. Jean _____ qu’on ne termine avant jeudi.

50. Jean _____ s’il sera possible de terminer avant jeudi.

L’objectif de l’activité suivante est de contrôler si les candidats sont capables d’in-tégrer des verbes dans un contexte syntaxique adéquat. Au niveau certificat, l’application aveugle de règles syntaxiques ne permet plus d’obtenir un haut score. En témoignent le faible score à l’ensemble des items de cette activité. Le score as-sez bas de l’item 46 (.46, sic !) est normal : la complétion de la phrase par espère, qui était imaginable mais qui n’était pas attendue, n’a pas été considérée comme correcte.

ACTIVITÉ XI

Lisez ce document, ensuite dites si les affirmations qui suivent sont correctes. Mettez une croix dans la case qui correspond à votre choix.

A. oui B. non C. ce n’est pas dit

51. Le loup est un animal protégé.

52. On peut donner 250 F pour acheter un loup.

53. En Grèce, les loups ont presque disparu.

54. Le Conseil de l’Eyurope veut sauver les loups.

55. On peut envoyer 250 F et devenir l’ami d’un loup.

L’objectif de l’activité suivante est semblable à celui des activités II, IV, VII et IX. Cette activité suscite les mêmes commentaires.

ACTIVITÉ XII

Quelle est la forme qui convient à chacune des phrases suivantes ?

A. vers B. pour C. sans D. à E. de F. par G. en

Il est passé _____ le grand boulevard et il s’est dirigé _____ le quai. Il marchait _____ sa-voir la raison _____ laquelle il se sentait heureux, mais _____ arrivant au port il a compris pourquoi : il n’était plus seul.

56.

57.

58.

59.

60.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats peuvent choisir entre de nombreuses prépositions celle qui convient à chaque contexte syntaxique et sémantique proposé. L’échec général à l’item 57 (.37) ne peut s’expliquer que par la non compréhension du verbe se diriger ou du mot quai.

ACTIVITÉ XIII

Regardez les petites annonces ci-dessus. Laquelle des cinq pourrait intéresser chacune des personnes suivantes ? Répondez en mettant une croix dans la case de votre choix.

A.B. C. D. E.

61. Véronique, qui voudrait apprendre à peindre.

62. Charles qui aimerait diriger un bar ou un restaurant.

63. Bernard et les membres de son groupe rock qui préparent un nouveau CD.

64. M. Chappell, éditeur, qui prépare l’impression d’un atlas géographique.

65. Mme Laroche qui cherche une jeune fille qui parle anglais pour servir dans son restaurant.

L’objectif de l’activité suivante est de contrôler si les candidats sont capables de repérer des informations concernant leur implication éventuelle ou celle d’un tiers.

Le texte proposé est plus spécialisé (idiolecte et design des petites annonces) mais des expressions communes aux propositions et aux petites annonces à apparier rendent l’activité accessible aux candidats plus faibles. Les très haut taux de facilité (.95, .97, .99, .95, .97) le prouvent et devraient amener les concepteurs à éliminer l’activité ou à la remanier en formulant par exemple les propositions dans la langue d’origine des candidats.

ACTIVITÉ XIV

Quel est le mot convenable pour compléter chacune des phrases suivantes ?

A. lequel B. quel C. celui D. quelqu’un E. chacun

66. Elle ne savait pas _____ l’aimait le plus.

67. Mais elle se demandait _____ était le meilleur.

68. Elle se demandait aussi s’il y avait _____ de plus beau.

69. Elle ne comprenait pas _____ était le but de la rencontre.

70. Cependant, elle a décidé de choisir _____ d’intelligent.

L’objectif de cette activité est de contrôler si les candidats sont capables de choisir entre 5 diaphores qui peuvent entretenir des rapports d’homonymies deux à deux dans leur langue d’origine. Le grand nombre de propositions et les disparités de sens rendent l’exercice plus difficile que son homologue au niveau élémentaire. Le faible score à l’item 66 (.25) indique simplement un haut degré de difficulté et celui de l’item 70 (.29) montre que beaucoup de candidats ne connaissaient pas la tournure quelqu’un de + adjectif.

ACTIVITÉ XV

Lisez ce document, ensuite dites si les affirmations qui suivent sont correctes. Mettez une croix dans la case qui correspond à votre choix.

A. vrai B. faux C. on ne peut pas le savoir

71. C’est un réveille-matin automatique.

72. Il fonctionne sans pile.

73. Cet appareil est aussi une radio.

74. Il faut parler devant lui pour le mettre en marche.

75. Il sonne toutes les quatre minutes.

L’objectif de l’activité suivante est semblable à celui des activités II, IV, VII et IX. Cette activité suscite donc les mêmes commentaires.

Deux items sont problématiques. Le faible taux de facilité à l’item 72 (.26) devait être attendu : le fait que l’appareil sera livré sans pile ne signifie pas qu’il ne fonctionne pas sans pile, même si la présomption est forte. Le faible taux de facilité à l’item 73 (.34) tient de ce qu’on attend des candidats qu’ils réfléchissent. Certains l’ont fait et ont conclu que si ce réveil était aussi une radio, ce serait signalé. D’autres se sont prudemment retranchés derrière l’alternative on ne peut pas le savoir. La question ou les alternatives doivent donc être remaniées.

Voir en ligne

p : http://www.palso.gr

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique