Une « évaluation continue » facile enfin permise, grâce aux ordinateurs !  - Image d'illustration

Une « évaluation continue » facile enfin permise, grâce aux ordinateurs !

Je livre dans les lignes qui suivent le résumé d’une des nombreuses questions qui ont été analysées dans le plus grand enthousiasme au cours du séminaire organisé pour les professeurs de français par l’Association PALSO dans le cadre du 18ème Congrès sur l’Apprentissage des Langues Étrangères (26 novembre 2000, que voilà des nouvelles bien fraîches !).

Qu’y a-t-il de plus décourageant pour un élève que de recevoir après trois mois de cours un bulletin reflétant de mauvais résultats ? Ne fallait-il pas amener cet apprenant à revoir plus tôt son attitude face à son apprentissage ? Une bonne façon d’aider l’élève à objectiver son profil d’apprenant dans la classe est de publier au moins une fois par semaine ses résultats (mais aussi ceux des autres élèves de la classe pour qu’il puisse effectuer une comparaison) sur Intranet (mini-Internet qui ne sort par exemple pas des murs de l’école) ou sur Internet.

Une discussion bien menée avec l’ensemble des élèves en début d’année devrait conduire à un recensement – et à une prise de conscience ! – de tout ce qui peut constituer un facteur de réussite. Ce pourrait être : un cahier bien tenu, un dossier complet, de bons résultats aux interrogations, une participation active au cours, l’exécution de toutes les activités proposées et une ponctualité exemplaire.

En quelques minutes seulement, les résultats d’une évaluation suivant ces critères peuvent être reportés chaque semaine dans un tableau dressé à l’aide d’un programme comme Excel.

On peut ensuite se servir de ce tableau pour générer (en 2 minutes !) des pages web présentant les résultats sous un jour agréable. Pour les élèves - de plus en plus rares ! - qui n’ont pas un accès facile à Internet, on peut aussi imprimer ces pages web et les afficher dans la classe. Notons que la création de critères d’évaluation tels que « participation » ou « ponctualité » permet aussi d’offrir des gratifications aux élèves (rares, mais on en rencontre parfois ! et nous devons veiller à leur intégration dans la classe…) qui n’ont par exemple pas les moyens de réussir une interrogation et encore moins ceux de tenir un cahier.

PS

Paru dans la revue mensuelle de la Panhellenic Federation of Language School Owners (PALSO) en novembre 2000.

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique