Concours ΑΣΕΠ

ΑΣΕΠ 2005 – Propositions de réponses aux sujets de l’épreuve de didactique spécifique

ΑΣΕΠ 2005 – Propositions de réponses aux sujets de l’épreuve de didactique spécifique - Image d'illustration

Avertissement


Les réponses qui suivent ne constituent pas toujours un reflet exact des principes didactiques auxquels j’adhère. Leur construction et leur rédaction ont été soumises à deux contraintes majeures : le respect de la structure induite par l’ordre dans lequel les sous-questions avaient été posées et la recherche d’une compatibilité maximale avec les cultures didactiques très diverses que peuvent représenter des personnes chargées de concevoir les sujets et/ou d’évaluer les copies.

La planification d’une séquence d’enseignement/apprentissage conduit l’enseignant à concevoir des activités que décrivent très concrètement les consignes données aux apprenants. La mention de ces consignes d’activité – pourtant bien utile pour une évaluation plus rapide et surtout plus fiable des copies – ne semble pas avoir été demandée. Je les ai pourtant finalement insérées dans le texte. Aux candidats de statuer sur la nécessité de les faire apparaître ou non dans leurs réponses.

Public des apprenants

La détermination du public des apprenants dépend autant des activités d’apprentissage proposées que des documents dont l’exploitation est organisée. La nature des variables retenues et énumérées ci-après est chaque fois indiquée entre parenthèses.

Public d’apprenants :

- appelés un jour à utiliser en français le lexique des TIC et en particulier celui de la téléphonie mobile (UTILITÉ),
- concernés par la liberté d’avoir ou non un téléphone portable (INTÉRÊT),
- adolescents puisque la réponse de François concerne cette tranche d’âge (CLASSE et ÂGE),
- capables d’appréhender, au moins dans leur langue d’origine, des propos sur le bien fondé ou non de la possession d’un téléphone portable à 11 ans (MATURITÉ COGNITIVE),
- directement ou indirectement au contact concret de la téléphonie mobile et notamment capable de concevoir les avantages et les dangers de son utilisation à un jeune âge (PROFIL SOCIOCULTUREL),
- connaissant déjà les normes de présentation et de rédaction d’emails adressés à des amis (PRÉREQUIS à l’activité de médiation qui sera organisée),
- en nombre suffisant pour permettre la constitution de groupes de travail et de réseaux d’interaction intra-groupe et extra-groupe : 20 élèves (EFFECTIF).

S’il est possible de spécifier un niveau (ce que l’hétérogénéité d’une classe de l’enseignement public peut rendre difficile), le public d’apprenants serait

- du niveau B2 sur l’échelle proposée par le Cadre européen commun de référence dont s’inspirent les Programmes scolaires (la réponse de François est exprimée dans un langage très adulte : « ne sont encore que 19% à frimer à coups de », « dernier des Mohicans », « arguments à opposer au refus de ») et donc nécessairement au moins en classe de 3e au collège (NIVEAU).

Objectifs

Objectifs généraux

L’objectif général à l’atteinte duquel participe une séquence d’enseignement/ apprentissage peut être exprimé en termes de compétences actionnelles : au terme de cette séquence, les apprenants devraient avoir développé des compétences leur permettant d’aider un ami à résoudre un problème personnel.

Objectifs spécifiques

Les objectifs spécifiques exprimés en termes de compétences communicatives langagières subordonnées à la compétence actionnelle peuvent être les suivants :

Objectif linguistique

être capable de comprendre et d’employer le lexique de la téléphonie mobile : téléphones cellulaires, portable, SMS, sonneries « spéc », accessoire, joignable, téléchargement de sonneries, d’icônes, consultation d’informations, tchats par SMS, services surtaxés.

Objectif sociolinguistique

être capable d’identifier les normes de fonctionnement et de présentation du courrier des lecteurs : structure question-réponse, indication du prénom et de l’âge du lecteur, présence d’un titre résumant le problème exposé, etc.

Objectifs pragmatiques

être capable

- de comprendre quelqu’un
- qui donne des informations : L’on remarque plus facilement ceux qui ont un portable que ceux qui n’en ont pas, les 10-12 ans ne sont encore que 19% à frimer à coup de SMS et de sonneries « spéc », plus d’un tiers des 10-15 ans déclare avoir un portable,
- qui donne des conseils : Prends tout de même le temps de faire la liste, Compare avec ton mode de vie, Rappelle-toi aussi que ça coûte cher, discutes-en avec tes copains,
- de donner des informations, de donner des conseils.

Compétences au développement desquelles ce document se prête

Compétences de réception

Compréhension globale

- Repérage des principaux paramètres de la situation de communication et des contraintes qu’ils exercent sur la forme et les contenus langagiers du document.
- Identification argumentée du genre de discours (courrier des lecteurs), de l’identité des rédacteurs (élève, journaliste), du référent (téléphones portables) et des actes de paroles effectués (demander des conseils, donner des informations, donner des conseils).

Compréhension fine

- Recherche motivée d’informations précises dans un document (quels jeunes ont des portables, coût d’utilisation du portable, conséquences de la possession d’un portable sur la vie quotidienne, que faire avant de relancer ses parents sur la question de la possession d’un portable, etc.).

Compétences de production
- Rédaction d’un mail dans lequel l’apprenant donne, en français, des informations et/ou des conseils à un jeune ami qui se plaint de ne pouvoir avoir son mobile à lui.

Modèle ou grille qui vous servira d’appui

Le modèle présidant à l’approche du document et à l’organisation des activités d’apprentissage sera celui de la perspective actionnelle de l’usage et de l’apprentissage des langues prônée par le Conseil de l’Europe et encouragée par les programmes du ministère. Elle ne sera donc pas exclusivement communicative dans la mesure où des compétences non communicationnelles doivent aussi être mises en œuvre et où les activités linguistiques sont explicitement subordonnées à des objectifs sociaux.

Ainsi, si l’on reprend, en l’illustrant, la définition qui est donné de cette approche dans le ’’Cadre européen de référence’’, l’usage d’une langue, y compris son apprentissage, comprendra les actions accomplies par des gens qui, comme individus et comme acteurs sociaux, développent un ensemble de compétences générales (ici : aider un ami) et notamment une compétence à communiquer langagièrement (donner des conseils). Ils mettent en œuvre les compétences dont ils disposent dans des con-textes (courrier des lecteurs, relation adulte/enfant, etc.) et des conditions (complicité, désir d’aider) variés, en se pliant à différentes contraintes (le discours à produire doit être exprimé d’une façon moins élaborée que dans le document-ressource) afin de réaliser des activités langagières (production) permettant de traiter des textes (mail à un ami) portant sur des thèmes (téléphonie mobile) à l’intérieur de domaines (domaine personnel) particuliers, en mobilisant les stratégies (donner des informations supplémentaires avant de donner des conseils, relativiser) qui paraissent le mieux convenir à l’accomplissement des tâches (écrire un mail dans lequel on donne des informations et des conseils) à effectuer.

L’approche sera donc aussi communicative : Les contenus d’enseigne-ment seront nécessairement à la fois linguistiques et culturels et présentés sous la forme d’activités portant sur un document authentique exploité en situation et dans le respect de sa fonction sociale première. Dans les activités qui seront proposées infra, le document constituera à la fois un déclencheur, une ressource et un modèle pour la production d’un discours écrit.

Méthode(s) de travail

Procédures et modalités de mise en œuvre de l’apprentissage

L’accès au sens du texte contenu dans le document sera réalisé :

- par un passage systématique du connu à l’inconnu : des mots connus (SMS, téléphones, tchats, etc.) aux mots inconnus (portable, cellulaire, sonneries, etc.), de l’image du texte (titre, question-réponse, signatures) à ses contenus linguistiques (le reste du texte).
- par un passage du global au détaillé, d’une compréhension globale à une compréhension fine, que réalise la diversification des types de lecture ou des techniques de repérage dites :
- du « skimming » : survol du document et recueil de détails linguistiques (SMS, téléphones) ou non (deux parties, première en italique, signatures) qui donnent de précieuses indications sur sa fonction et sur son sens, et
- du « scanning » : parcours d’un document à la recherche d’un type précis d’informations (par exemple : genre de discours, identité des rédacteurs et des destinataires, du référent et des actes de paroles réalisés).
- par une approche onomasiologique consistant à aller de l’idée (avoir un por-table) vers ses expressions dans la langue (avoir un portable, posséder un portable, frimer à coup de SMS, être à la mode, avoir besoin d’un portable, abuser de services surtaxés, être toujours joignable, etc.) Cette approche peut notamment favoriser la mise en relation au plan lexical de langues déjà connues ou en voie d’apprentissage.

Méthodes de travail proprement dites

Les méthodes de travail spécifiques seront les suivantes :

- limitation des objectifs aux compétences de réception et de production écrites (compréhension globale et fine du texte puis rédaction d’un email).
- pratique, par les apprenants, d’une démarche inductive consistant à vérifier des hypothèses fondées sur l’observation de phénomènes linguistiques/sociolinguistiques récurrents (points communs, différences, mécanismes apparents, etc.)
- abord implicite des questions linguistiques liée à la compréhension du document ou à la production du mail ; des explications métalinguistiques ne contribueraient que peu au succès de la réalisation des tâches imparties.
- centrage le plus systématique possible des réseaux d’interaction (en plénière, intergroupe, intragroupe) sur l’apprenant pour un meilleur développement de leurs savoir-apprendre.

Modes et techniques de travail

Modes de travail

Plusieurs modes de travail se succèderont en fonction des objectifs opérationnels :

- directif : lorsque l’enseignant se trouve au centre du réseau de communication dans la classe pour lancer et contrôler le déroulement des procédures d’enseignement/apprentissage,
- interactif : lorsque s’instaure une interaction
— entre l’enseignant et ses élèves (individualisée ou collective),
— entre les élèves (intragroupe, intergroupe ou plénière),
- individuel : au moment de la phase d’évaluation au terme de la séquence d’enseignement/apprentissage.

Modes et moyens de contrôle des apprentissages

L’évaluation sera

- intermédiaire : elle ne consistera pas en la mesure de l’ensemble des compétences développées depuis le début de l’année, par exemple, et
- formative : sa fonction essentielle sera de réajuster les méthodes de travail.

Techniques

Les techniques utilisées seront celles

- du questionnaire à choix multiples (QCM) avec apport de justifications pour les phases de compréhension globale et fine :
— identification argumentée du genre de discours, de l’identité du locuteur/rédacteur, du/des destinataires, du référent, des actes de paroles effectués, puis
— jugements de validité portés sur des commentaires émis à propos de la réponse de François.
- de la production d’un discours écrit intégrée dans une simulation : rédaction d’une lettre amicale dans laquelle l’apprenant donne des informations et/ou des conseils à un jeune ami qui se plaint de ne pouvoir avoir son mobile à lui.

Moyens et supports utilisés

Aménagement du temps

- pour la phase d’apprentissage : une unité d’enseignement/ apprentissage de 45 minutes (durée) qui peut être organisée dès que les apprenants seront en mesure de rédiger un email simple (moment).
- pour les phases simultanées de renforcement et d’évaluation : une vingtaine de minutes au début de la séance de cours suivante.

Aménagement de l’espace d’enseignement/apprentissage et géographie de la classe

- enseignement/apprentissage intrascolaire : organisé en classe.
- à certains moments, formation de groupes de 4 personnes autour des tables, sans qu’aucun déplacement de mobilier ne soit nécessaire (gain de temps).

Outils

en permettant aux apprenants de consulter des dictionnaires, on cultive notamment leur aptitude à repérer les mots-clés dans le document.

Ressources

éventuellement quelques emails modèles pour se rappeler les normes linguistiques et sociolinguistiques qui président à leur production.

Équipement

aucun

Support

photocopies du document exploité, des QCM et des consignes d’activité.

Étapes de travail

Au cours de cette séance d’enseignement/apprentissage

Sensibilisation

- Établissement d’un consensus sur la nécessité d’un besoin interactionnel en milieu allophone multiculturel (en plénière, interaction entre l’enseignant et les apprenants) : « Comment pourriez-vous chacun aider votre ami français Michel qui est très triste que ses parents ne lui permettent pas d’avoir un portable ? »

Apprentissage

- Formation de groupes
- Aménagement de la géographie de la classe (groupes de 4 personnes sans déplacement de mobilier)
- Étapes du repérage, du décodage et de la compréhension
- Distribution de la reproduction du document authentique et des consignes d’activité
- Présentation des ressources et des outils à la disposition des apprenants (interaction intra-groupe, dictionnaire)
- Explicitation de la consigne de la première activité (compréhension globale, premier QCM)

- Consigne d’activité :

Que direz-vous à votre ami Pierre à propos du document reproduit ci-dessus. Justifiez chacune de vos réponses.

Il s’agit
- d’un courrier des lecteurs
- d’un reportage
- d’un article sur les nouvelles technologies

Maxime est
- un élève
- un professeur
- un journaliste

François est
- un élève
- un professeur
- un journaliste

Ce document concerne plutôt
- les professeurs
- les journalistes
- les élèves

Dans ce document, on parle
- de téléphones portables
- d’informatique
- de programmes scolaires

Maxime
- donne des informations
- demande des conseils
- donne des conseils

François
- donne des informations
- demande des conseils
- donne des conseils

- Réalisation de l’activité (interaction intragroupe)
- Évaluation Évaluation Évaluation des apprentissages, des savoirs et/ou des compétences de communication en langue étrangère et plus particulièrement en Fle. des réponses par l’ensemble de la classe (interaction en plénière et intergroupe)
- Explicitation de la consigne de la seconde activité (compréhension fine, second QCM)

- Consigne d’activité :

Voici les informations que votre ami Max vous donne après avoir lu le document reproduit ci-dessus. A-t-il bien compris le texte ? Justifiez chacune de vos réponses.

La majorité des 10-15 ans ont un portable.
- Vrai
- Faux
- Ce n’est pas indiqué

19% des 10-12 ans n’ont pas de portable.
- Vrai
- Faux
- Ce n’est pas indiqué

Aujourd’hui, les portables sont bon marché.
- Vrai
- Faux
- Ce n’est pas indiqué

Les tchats pas SMS sont payants.
- Vrai
- Faux
- Ce n’est pas indiqué

Le fait d’avoir un portable peut aussi limiter notre liberté.
- Vrai
- Faux
- Ce n’est pas indiqué

- Réalisation de l’activité (interaction intragroupe)
- Évaluation Évaluation Évaluation des apprentissages, des savoirs et/ou des compétences de communication en langue étrangère et plus particulièrement en Fle. des réponses par l’ensemble de la classe (interaction en plénière et intergroupe)

- Étape de la production
- Explicitation de la consigne de la troisième activité (production écrite)
- Présentation des ressources et des outils à la disposition des apprenants

- Consigne d’activité :

Écrivez une petite lettre à Jacques, votre correspondant français qui est très triste que ses parents ne lui permettent pas d’avoir un portable. Donnez-lui quelques conseils en vous inspirant éventuellement du document que vous venez de lire ou en y puisant le matériel linguistique nécessaire.

- Réalisation de l’activité de production (interaction intragroupe)
- Évaluation des productions (interaction en plénière et intergroupe)

Au cours d’une séance ultérieure

Renforcement de la compétence de production et évaluation

- Nouvel aménagement de la géographie de la classe (travail individuel)
- Explicitation de la consigne de la quatrième activité (cette consigne peut être la même que celle de la troisième activité, ce sont les conditions de réalisation qui sont modifiées : travail individuel sans ressources ni outils de soutien)
- Retrait des ressources et des outils de soutien et de guidance
- Réalisation de la quatrième activité
- Évaluation hors classe des productions par l’enseignant, interprétation des résultats et remédiations éventuelles.

Voir en ligne

WikExamens : http://sidiropoulou.net/mediawiki/

PS

Post-scriptum

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique