Constructionnisme et tutorat

Constructionnisme et tutorat - Image d'illustration

Il est possible de faire son amie de l’hétérogénéité d’une classe !

Il y a trèèès longtemps, le directeur d’une école dans laquelle j’enseignais le français m’a demandé de prendre en charge une classe de troisième au lycée. Une heure par semaine et quelle heure ! La dernière heure de cours du vendredi, l’heure qui – dans cette école du moins – ne dure que 20 minutes, celle qui se déroule sous le vrombissement, entrecoupé de coups de klaxon impatients, des moteurs que font chauffer les conducteurs des cars scolaires. Je résume pour ceux qui n’ont pas compris le caractère critique de la situation : cours de français, troisième au lycée, vendredi, dernières 20 minutes. Pour couronner le tout, le directeur m’avait expliqué que je n’arriverais probablement pas à faire mon cours et que son seul souhait était que les élèves attendent sagement dans la salle de classe l’heure de la fin des cours.

Heureusement, la chance était de mon côté. J’ai découvert, en entrant pour la première fois dans ce qui pouvait devenir un enfer, 18 étudiants, certes épuisés par leur journée de cours, mais tout-à-fait sympathiques : neuf filles et neuf garçons. Après les présentations d’usage et une rapide enquête, il est apparu que les filles connaissaient toutes au moins un peu de français et que les garçons n’étaient pas capables de dire, ne fût-ce que bonjour.

J’ai donc proposé aux filles de faire chacune cours à un garçon. L’objectif que nous nous sommes fixés a été de faire présenter par les neuf mâles de la classe les examens Examens Examens du PALSO, niveau élémentaire, qui correspondaient au PALSO-LAAS PALSO-LAAS Fédération Nationale des Propriétaires de Centres de Langues , niveau A2 actuel.

Le déroulement du cours est vite devenu rituel : environ deux pages d’annales étaient distribuées au début de chaque cours. Le plus souvent il s’agissait d’activités présentées sous la forme de questionnaires à choix multiples. Les demoiselles s’empressaient d’indiquer les bonnes réponses à leurs élèves particuliers respectifs et, bien entendu, d’expliquer le pourquoi de ces réponses.
Parfois, elles me demandaient de l’aide en tant qu’expert, pour vérifier la correction des réponses, ou en tant que ressource : « Comment dit-on ceci ? Comment puis-je expliquer cela ?… »

Ensuite, quand un garçon se sentait prêt, il venait me donner ses réponses en les justifiant. S’il n’y arrivait pas parfaitement, je le renvoyais chez son prof.

Vous me direz que les demoiselles n’apprenaient rien ? Et bien si ! grâce aux principes de ce qu’on appelle le constructionnisme : un élève amené à enseigner des savoirs et/ou des compétences à ses pairs enrichit de façon particulièrement sensible et durable ses propres savoirs et compétences.

Le résultat des courses fut triple :

- malgré une conjoncture difficile, tous les élèves se sont intéressés au cours ;
- un élève a eu la bonne idée de s’inscrire aux examens Examens Examens du PALSO en janvier et il les a réussis ;
- les autres élèves se sont mordus les doigts de ne pas avoir osé s’inscrire, ce qui a constitué une autre excellente leçon : « La confiance en soi est le premier secret du succès » (Ralph Waldo Emerson, 1841)

Cette jolie histoire démontre aussi qu’il est possible de faire son amie de l’hétérogénéité d’une classe.

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique