Vers une réhabilitation de l'ancienne approche grammaticale en Fle ? - Image d'illustration

Didactique

Vers une réhabilitation de l’ancienne approche grammaticale en Fle ?

Les professeurs de français participant au stage de perfectionnement organisé en Chalcidique sur le thème de la grammaire éclectique à la fin du mois de juin vous répondront en Normands : oui … et non !

Des travaux réalisés (en bord de piscine, s’il vous plaît !) durant trois trop courtes journées, il est ressorti que les activités d’apprentissage du système de la langue proposées dans les manuels Manuels Manuels et dans certains examens Examens Examens sont encore souvent imparfaites
- parce qu’elles portent sur la mesure ou l’acquisition de savoirs et non de savoir-faire,
- parce qu’elles mesurent ou développent encore souvent d’autres connaissances que celles qui sont initialement visées,
- parce qu’elles reposent sur des règles ou des explications imposées par les auteurs du manuel,
- parce qu’elles sont tristement scolaires, qu’elles sont rarement légitimées par quelques mobile social de communication véritablement plausible.

Un exposé très enrichissant sur les récentes découvertes de la linguistique et de la neurologie cognitives a permis au participants de mieux comprendre (grâce aux objectifs de caméras à positons !) comment fonctionne le cerveau humain au moment de communiquer et de jongler avec les notions de cognition, de métacognition, de traitement sémantique, de métaperception, d’aires d’entrepôt, de construction de la parole, etc.

Sur de nouvelles bases qui privilégient un apprentissage centré sur le profil cognitif de chaque apprenant, d’anciennes activités d’apprentissage ou d’évaluation de compétences grammaticales ont ensuite été amendées, puis réécrite.

Enfin, au cours d’une table ronde fructueuse, les stagiaires ont livré leurs expériences et échangé dans une atmosphère de chaude connivence leurs meilleurs « trucs » pour un apprentissage efficace de la grammaire.

L’ensemble de ces activités a conduit à la conception d’un apprentissage de la grammaire « à la demande », « au coup par coup », « sur mesure », qui ne doit jamais constituer l’objet déclaré du cours, qui devrait être le moins souvent possible normatif et qui se présentera sous la forme de petites séquences d’auto-apprentissage improvisées certes, mais que leur totale opportunité (moment idéal, besoin ressenti et identifié) rend diaboliquement efficaces ! Il ne restait qu’à mettre cette grammaire éclectique en œuvre.

Les trois journées de travail se sont ainsi refermées sur une démonstration impressionnante d’auto-apprentissage de la grammaire néerlandaise que personne ne connaissait, … pas même l’enseignant ! Il n’a pas fallu quinze minutes pour que les stagiaires consomment le contenu (et la forme !) d’une page web en néerlandais et soient, par la même, au fait des systèmes de l’article ou du verbe, identifient de nombreuses natures et fonctions grammaticales, établissent des correspondances étymologiques ou autres avec des langues connues (allemand, anglais, français), bref contruisent leur propre représentation/explication du système de la langue néerlandaise, leur grammaire du néerlandais.

PS

Paru dans la revue mensuelle de la Panhellenic Federation of Language School Owners (PALSO) en juillet 2000.

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique