Le CECRL en niveaux (C2) - Image d'illustration

Le CECRL en niveaux (C2)

Le niveau C2

Le CECRL, document désormais incontournable dans l’enseignement des langues étrangères, propose des descripteurs de compétences regroupés par niveau. Ces niveaux, communs, du moins dans leur nomination, sont des soutiens et des références pour la mise en place de programmes linguistiques, de pratiques évaluatives et d’outils pédagogiques.

Le Cadre européen commun de référence pour les langues est un document élaboré par la Division des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe composée de didacticiens de divers pays européens.
Le Cadre européen commun de référence pour les langues est un document élaboré par la Division des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe composée de didacticiens de divers pays européens.
Le Cadre donne, comme introduit plus haut, un certain nombre d’indications permettant de mettre en place et d’évaluer l’enseignement des langues vivantes sur des bases communes. Celles-ci sont définies par des niveaux
A1 et A2  : utilisateur élémentaire
B1 et B2  : utilisateur indépendant
C1 et C2  : utilisateur expérimenté
et par des descripteurs élaborés pour les compétences orales et écrites mais aussi sociales et interculturelles.
Dans le Cadre , téléchargeable sur le site de la commission européenne, ces descripteurs sont regroupés par activités de communication langagière, par stratégies et par compétences. Pour connaitre les différents attendus à un niveau particulier, il faut donc parcourir le chapitre 4 : L’utilisation de la langue et l’apprenant /utilisateur, ainsi que le chapitre 5 : Les compétences de l’utilisateur/apprenant, sans oublier les annexes qui donnent des informations pouvant être particulièrement utiles.

Afin d’avoir une vue d’ensemble de chaque niveau, nous avons regroupé ces données par niveau.


Le niveau C2

1- Thèmes

Le CECRL ne développe pas de thèmes particuliers pour ce niveau.
Le niveau C2 étant un niveau élevé, tous les thèmes de la vie courante, quotidienne et professionnelle peuvent être abordés, tel des locuteurs natifs.

2- Activités de production et de réception

Descripteurs pour l’oral

Compréhension et réception de l’oralProduction oraleInteraction orale
  • Peut comprendre toute langue orale qu’elle soit en direct ou à la radio et quel qu’en soit le débit.



Comprendre en tant qu’auditeur

  • Peut suivre une conférence ou un exposé spécialisé employant de nombreuses formes relâchées, des régionalismes ou une terminologie non familière.
  • Peut produire un discours élaboré, limpide et fluide, avec une structure logique efficace qui aide le destinataire à remarquer les points importants et à s’en souvenir.



Monologue suivi : décrire l’expérience

  • Peut faire des descriptions limpides et courantes, élaborées et souvent mémorables.



S’adresser à un public

  • Peut gérer un questionnement difficile, voire hostile.
  • Peut présenter un sujet complexe, bien construit, avec assurance à un auditoire pour qui il n’est pas familier, en structurant et adaptant l’exposé avec souplesse pour répondre aux besoins de cet auditoire.
  • Peut revenir sur une difficulté et la restructurer de manière si habile que l’interlocuteur s’en rende à peine compte.
  • Peut exprimer avec précision des nuances fines de signification, en utilisant assez correctement une gamme étendue de modalités.
  • Possède une bonne maîtrise d’expressions idiomatiques et de tournures courantes, avec une conscience du sens connotatif.



Comprendre un locuteur natif

  • Peut comprendre tout locuteur natif, même sur des sujets spécialisés, abstraits ou complexes et hors de son domaine, à condition d’avoir l’occasion de s’habituer à une langue non standard ou à un accent.



Conversation

  • Peut converser de façon confortable et appropriée sans qu’aucune limite linguistique ne vienne empêcher la conduite d’une vie personnelle et sociale accomplie.



Discussions et réunions formelles

  • Peut défendre sa position dans une discussion formelle sur des questions complexes, monter une argumentation nette et convaincante comme le ferait un locuteur natif.



Interviewer et être interviewé (l’entretien)

  • Peut tenir sa part du dialogue extrêmement bien, en structurant le discours et en échangeant avec autorité et une complète aisance, que ce soit comme interviewer ou comme interviewé, de la même manière qu’un locuteur natif.

Descripteurs pour l’écrit

Compréhension et réception de l’écritProduction écrite
  • Peut comprendre une gamme étendue de textes longs et complexes en appréciant de subtiles distinctions de style et le sens implicite autant qu’explicite.
  • Peut comprendre et interpréter de façon critique presque toute forme d’écrit, y compris des textes (littéraires ou non) abstraits et structurellement complexes ou très riches en expressions familières.
  • Peut écrire des textes élaborés, limpides et fluides, dans un style approprié et efficace, avec une structure logique qui aide le destinataire à remarquer les points importants.



Écriture créative

  • Peut écrire des histoires ou des récits d’expérience captivants, de manière limpide et fluide et dans un style approprié au genre adopté.



Essais et rapports

  • Peut proposer un plan logique adapté et efficace qui aide le lecteur à retrouver les points importants.
  • Peut produire des rapports, articles ou essais complexes et qui posent une problématique ou donner une appréciation critique sur le manuscrit d’une œuvre littéraire de manière limpide et fluide.

3- Stratégies de production et de réception

Production

  • Peut choisir une expression adéquate dans un répertoire courant de fonctions discursives, en préambule à ses propos, pour obtenir la parole et la garder, ou pour gagner du temps pour la garder pendant qu’il/elle réfléchit.

Compensation

  • Peut substituer à un mot qui lui échappe un terme équivalent de manière si habile que l’on s’en rende à peine compte.

Contrôle et correction

  • Peut revenir sur une difficulté et restructurer son propos de manière si habile que l’interlocuteur s’en rend à peine compte.

- Le texte

Prendre des notes (conférences, séminaires, etc.)

  • A conscience de l’implicite et du sous-entendu dans ce qui est dit et peut le prendre en note aussi bien que le discours explicite du locuteur.

Traiter un texte

  • Peut faire le résumé d’informations de sources diverses en recomposant les arguments et les comptes rendus dans une présentation cohérente du résultat général.

4- Compétences communicatives langagières

Compétences linguistiques
Étendue linguistique généraleCompétence lexicaleCompétence grammaticaleCompétence orthographique
Étendue du vocabulaire Maîtrise du vocabulaire Correction grammaticale Maîtrise de l’orthographe
  • Peut exploiter la maîtrise exhaustive et fiable d’une gamme très étendue de discours pour formuler précisément sa pensée, insister, discriminer et lever l’ambiguïté.
  • Ne montre aucun signe de devoir réduire ce qu’il/elle veut dire.
  • Possède une bonne maîtrise d’un vaste répertoire lexical d’expressions idiomatiques et courantes avec la conscience du niveau de connotation sémantique.
  • Utilisation constamment correcte et appropriée du vocabulaire.
  • Peut maintenir constamment un haut niveau de correction grammaticale même lorsque l’attention se porte ailleurs (par exemple, la planification ou l’observation des réactions de l’autre).
  • Les écrits sont sans faute d’orthographe.
Compétence sociolinguistiqueCompétence pragmatiqueCompétence fonctionnelle
Correction sociolinguistique

  • Peut jouer efficacement le rôle de médiateur entre des locuteurs de la langue cible et de celle de sa communauté d’origine en tenant compte des différences socioculturelles et sociolinguistiques.
  • Apprécie complètement les implications sociolinguistiques et socioculturelles de la langue utilisée par les locuteurs natifs et peut réagir en conséquence.
  • Manifeste une bonne maîtrise des expressions idiomatiques et dialectales avec la conscience des niveaux connotatifs de sens.
Souplesse
  • Montre une grande souplesse dans la reformulation d’idées en les présentant sous des formes linguistiques variées pour accentuer l’importance, marquer une différence selon la situation ou l’interlocuteur, ou lever une ambiguïté.



Cohérence et cohésion

  • Peut créer un texte cohérent et cohésif en utilisant de manière complète et appropriée les structures organisationnelles adéquates et une grande variété d’articulateurs.
Aisance à l’oral
  • Peut s’exprimer longuement dans un discours naturel et sans effort. Ne s’arrête que pour réfléchir au mot juste qui exprimera précisément sa pensée ou pour trouver un exemple approprié qui illustre l’explication.



Précision

  • Peut insister, discriminer et lever l’ambiguïté.
  • Peut exprimer avec précision des nuances de sens assez fines en utilisant avec une correction suffisante une gamme étendue de procédés de modalisation (par exemple, adverbes exprimant le degré d’intensité, propositions restrictives).

L'auteur de cet article

Isabelle Barrière –  Enseignante et formatrice FLE Pédagogie ...