Enseignement immersif des langues  - Image d'illustration

RAPPORT D’EXPÉRIENCE PÉDAGOGIQUE

Enseignement immersif des langues

On trouvera sous cette adresse le compte rendu d’une expérience intéressante. Quelques extraits pour allécher le lecteur : La démarche immersive consiste essentiellement à plonger les apprenants dans un bain de langue, c’est-à-dire, en milieu scolaire, à dispenser TOUTES les matières du programme dans la langue étrangère choisie - appelée en l’occurrence « langue cible » avec un enseignant qui est un locuteur natif de cette langue cible ou qui en a une connaissance équivalente.

L’enseignement immersif donne-t-il de bons résultats ?

A l’école Leonie de Waha, les résultats sont bien plus qu’encourageants. Les enfants parlent, lisent, écrivent et calculent en anglais. Le programme suivi en anglais (dans notre cas, en néerlandais) est le même que celui des écoles francophones. Les enfants n’accusent pas de décalage particulier, sauf, au début du programme, en français, matière pour laquelle l’apprentissage de la lecture et de l’écriture est délibérément retardé afin de ne pas créer de confusion et de permettre aux enfants de se concentrer d’abord exclusivement sur la langue cible.

L’évolution des enfants supporte aisément la comparaison avec celle d’enfants du même âge inscrits dans une école francophone. Rapidement, le décalage en français diminue sensiblement par rapport à une classe non-immersive, et nous pouvons affirmer que ces élèves peuvent se présenter en français à l’examen pour l’obtention du Certificat d’Études de Base en fin de 6ème année avec autant de chances de succès que les élèves des autres écoles.
En effet, le meilleur bilan de réussite du programme intensif consiste, d’une part, dans l’obtention, par les élèves de l’immersion, de ce Certificat (de ce fameux « diplôme d’école primaire ») dans les mêmes conditions que tous les autres enfants et, d’autre part, dans une connaissance réelle du néerlandais tant parlé qu’écrit.

De plus, plusieurs faits nous apparaissent pertinents, pour l’ensemble des classes immersives : La capacité de travail des enfants « immergés » paraît plus importante que chez les autres enfants ; La mémoire, davantage sollicitée, semble plus développée ; La fatigue apparaît parfois plus rapidement, souvent l’après-midi, chez les enfants immergés.

Il est attesté que l’utilisation de la langue maternelle ne souffre en rien de l’introduction de la deuxième langue et que le vocabulaire de la langue maternelle reste le plus familier à l’enfant (à condition, évidemment, de dispenser des cours de langue maternelle pendant le cursus immersif). De même, les apprentissages fondamentaux de la lecture et de l’écriture se font sans difficulté particulière, à quelques mois d’intervalle dans les deux langues.

Il est, par ailleurs, à noter que les enfants soumis à un enseignement immersif réunissent les caractéristiques suivantes :

- Activité intellectuelle et générale débordante.

- Motivation importante pour les apprentissages en deuxième langue et, a posteriori, pour l’apprentissage d’une troisième voire d’une quatrième langue.

- Sensibilité à la richesse ainsi que de la diversité culturelle et linguistique de la société.

- Grand intérêt pour les possibilités particulières du bilinguisme et du multilinguisme dans certains pays, et ce dans une plus grande mesure que les enfants monolingues moins sensibles à ces questions.

- Capacité d’effectuer des auto-évaluations réalistes et, partant, d’abolir un certain nombre de préjugés culturels.

Les performances aux examens Examens Examens et épreuves diverses des enfants immergés sont généralement supérieures à la moyenne communautaire tant pour les matières données en langue maternelle que pour celles données en deuxième langue.

PS

Paru dans la revue mensuelle de la Panhellenic Federation of Language School Owners (PALSO) en novembre 2002.

L'auteur de cet article

Olivier Delhaye –  Didacticien - Université Aristote de Thessalonique